...
...
Responsive image

Fête de l’Unité 2017 : historique

La fête nationale commémorée le 20 mai de chaque année retrace un pan de l'histoire politique du Cameroun.

Cette commémoration renvoie au référendum organisé le 20 mai 1972 dont les résultats conduisent à l'adoption de l'Etat unitaire. Les historiens rappellent que c'est la fin de la cohabitation de deux assemblées et de deux administrations distinctes imposées par le fédéralisme.

Le référendum du 11 février 1961 est l’une des étapes du processus d’unification du Cameroun. Après 40 années de séparation, les deux Cameroun (Francophone et Anglophone) finissent par s’unir pour former le 1er octobre 1961, la République unie du Cameroun.

Le président Paul Biya qui prend le pouvoir officiellement le 06 novembre 1982  après la démission du président Ahmadou Ahidjo le 04 novembre 1982, va poursuivre ce processus d’unification du pays. En effet, en 1984 le président Paul Biya transforme la République unie du Cameroun en République du Cameroun. Cette autre mutation est venue consolider d’avantage les acquis historiques.

Du protectorat Allemand à l’indépendance

Le 1er janvier 1960, l’ancien Cameroun alors sous tutelle française, accède à l’indépendance et on assiste à la naissance de la République du Cameroun. Le 14 juillet 1884, Gustav Nachtigal hisse le drapeau allemand à Douala.  En  1918, l’Allemagne renonce à tous ses droits sur le Cameroun en ratifiant le traité de Versailles du 28 juin 1919. Ce traité qui stipulait en son article 119 que : « l’Allemagne renonce en faveur des principales puissances alliées et associées à tous ses droits et titres sur ses possessions d’Outre-Mer».

Le mandat de la société des nations

La France et l’Angleterre se partage le Cameroun le 10 juillet 1919. Elles l’administrent au nom de la Société Des Nations (SDN). On parle alors du régime de mandat. L’Angleterre administre la partie occidentale du pays (environ un cinquième du territoire) et la France la partie orientale (environ quatre cinquième du territoire). De 1939 à 1946, le Cameroun sous mandat français participe à la deuxième guerre mondiale.

De la tutelle des Nations Unies à la République du Cameroun

Avec la création de l’Organisation des Nations Unies (ONU) en 1945, les deux territoires sous mandat passent sous contrôle du Conseil de Tutelle qui doit assurer leur marche vers l’indépendance. En 1957, en vertu de la loi cadre Gaston Defferre du 23 juin 1956, un décret français (du 16 avril 1957) accorde l’autonomie au Cameroun sous tutelle française. Il passe alors du statut de territoire sous tutelle à celui d’Etat sous tutelle. La citoyenneté camerounaise est désormais reconnue.

André Marie Mbida est nommé premier ministre par le Haut-Commissaire Pierre Messmer qui joue le rôle de Chef de l’Etat. Il est investi par l’Assemblée législative du Cameroun (ALCAM) le 10 mai 1957. Ce jour devient jour de fête nationale. L’ALCAM choisit le drapeau du Cameroun «Vert-Rouge-Jaune», l’hymne national «O Cameroun berceau de nos ancêtres» et la devise du pays «Paix-Travail-Patrie».

André Marie Mbida démissionne le 13 janvier 1958 à la suite d’un conflit entre lui et le nouveau Haut-Commissaire, Jean Ramadier qui remplace Messmer en janvier 1958. Il est remplacé le 18 février 1958 par Ahmadou Ahidjo, alors vice-premier ministre chargé de l’intérieur. L’ALCAM opte pour la complète autonomie interne qui sera accordé au Cameroun le 1er janvier 1959 par la France. Le Cameroun accède à l’indépendance sous le nom de République du Cameroun.

Le Cameroun sous tutelle britannique, doté en 1954 d’une Assemblée Législative, mais partie intégrante sur le plan administratif de la République du Nigéria, s’était prononcé le 7 novembre 1959 pour un maintien de la tutelle.  La partie sud du territoire (sous administration britannique), dirigée par le premier Ministre John Ngu Foncha, par voie de référendum se prononce avec une écrasante majorité pour une indépendance et son rattachement à la République du Cameroun.

La partie Nord (sous tutelle britannique), se prononça pour son rattachement au Nigeria. Le 1er juin 1961, le Cameroun septentrional (britannique) est rattaché au Nigeria. Le 1er octobre 1961, la partie méridionale du Cameroun sous tutelle britannique (Cameroun occidental) et la République du Cameroun sont unies sous le nom de République fédérale du Cameroun.

Le 20 mai 1972 met fin aux structures fédérales et voit naître la République Unie du Cameroun. La constitution de 1972 maintient le régime présidentiel. Les deux Etats fédérés fusionnent en un seul Etat. Les quatre assemblées se réduisent à une seule : L’Assemblée Nationale dirigé par un seul chef d’Etat. La mutation historique s’accompagne aussi d’importantes transformations des symboles du pays. Au niveau du drapeau aux couleurs vert rouge et jaune, les deux étoiles jaunes de la bande verte symbolisant les deux états fédérés vont fusionner sur la bande rouge en une seule et unique étoile qui symbolise l’état unitaire.

Eliane Marcelle Matsingoum

Source: crtv.cm

Fête de l’Unité 2017 : historique – Sinotables