...
...
Responsive image

« Dschang Fête Ses 100 Ans » : les ateliers de formation en charcuterie et transformation des fruits se poursuivent.

 

Ce lundi 05 février 2018 les deux ateliers, consacrés à la transformation de la viande du porc d’une part, et des fruits et légumes d’autre part, ont effectivement été lancés.

L’objectif de ces deux ateliers est de « réduire la pauvreté, la faim et contribuer à la création d’entreprises durables dans la région de la Menoua ».

Le premier atelier, qui a pour cadre  la Maison de la Femme de Dschang, réunit une quarantaine de participants autour de deux expertes venues : Angharad Underwood et Carol Adams, du Pays de Galles. Il concerne la transformation des fruits et légumes.

Le deuxième atelier quant à lui, logé à l’Hôtel Marie Louise réunit une trentaine de participants répartis dans trois groupes. Chaque groupe devant bénéficier de deux jours de formation. Les participants sont parrainés par les chefferies supérieures du département de la Menoua, la Mairie  et l’Université de Dschang et Taste Cameroon Dschang. Cet atelier est conduit par Pam Thompson et Mark Adams.

Jean Marie Cheuteu est un bénéficiaire de l’atelier boucherie-charcuterie : « Trois choses ont retenu mon attention : la première c’est l’avantage que nous avons à traiter notre viande de porc selon les normes propre à la charcuterie. Lorsque n’isolons pas les différentes parties de notre porc il devient possible de tirer un maximum de dérivés de notre porc. La deuxième chose, c’est que cette formation nous a permis de pouvoir faire du saucisson à partir de la peau du ventre du porc. La troisième chose c’est que le porc est exploitable du museau à la queue. Je dois ajouter que cet atelier nous a permis de comprendre pourquoi nous devons nous approprier la Kounatitude en tant que valeur identitaire. »

Les formations ouvertes lundi dernier se poursuivent jusqu’à samedi, date de la clôture de cette première phase de la commémoration du Centenaire de Dschang par la remise des attestations aux bénéficiaires des ateliers de formation. L’on espère que grâce à cette initiative des nouvelles micros entreprises vont voir le jour dans le département de la Menoua.

Augustin Roger MOMOKANA