...
...
Responsive image

Commune de Dschang/ Pré-collecte participative des déchets ménagers : résoudre l’équation logistique vétuste.

 

Dschang- En ce début d’année 2018, la pré-collecte participative des déchets ménagers dans la ville de Dschang devrait afficher des chiffres qui reflètent les projections (1800 tonnes)  pour les dix prochains mois.

La concertation mensuelle des partenaires, vendredi 16 février 2018, a plutôt relevé des goulots d’étranglement qu’il va falloir vite élaguer pour avancer avec sérénité vers les objectifs, à savoir le ramassage de 1800 tonnes déchets, l’accroissement du nombre d’abonnés  de 1200, l’intensification du recouvrement des recettes, etc.

Ces goulots relèvent tant de la logistiques que du traitement salarial du personnels affecté par la mairie aux organisations de la société civile en charge de la pré-collecte, en l’occurrence TOCKEM et le CEPDEL.

Il s’agit de sortir de l’état vétuste des tricycles- de plus en plus ces engins sont au chez le réparateur plutôt que sur le terrain pour assurer le transport des déchets des ménages aux plateformes de compostage- par l’acquisition d’un nouveau matériel  roulant.

Le personnel quant à lui ne semble pas content de son traitement salarial. D’où sa propension à la paresse et au nom respect des consignes fixées par les OSC. Il va falloir poursuivre avec les sessions de sensibilisation et de stimulation de ce personnel.

Conscients de ces handicaps, l’Agence municipale de gestion des déchets (AMGED), le projet MaGeTV, le CEPDEL et TOCKEM ont décidé de se retrouver vendredi prochain pour examiner profondément ces difficultés pour leurs apporter des solutions immédiates qui s’imposent.

Entre temps, un projet de conventions pour l’année 3 est en cours de consolidation qui sera soumis dans les prochains jours à la signature du maire et des OSC.

Rappelons que, pour le mois de Janvier 2018, 84,51 tonnes de déchets ménagers ont été convoyés, par les deux associations, des ménages vers les plateformes de compostage de Ngui et Siteu. A cette allure atteindre les 1800 tonnes prévues en 2018 semble irréalisable.

Augustin Roger MOMOKANA