...
...
Responsive image

Menoua : les élèves des lycées et collèges de Dschang ont animé la Journée internationale de la langue maternelle.

 

Une dizaine d’établissements scolaires du secondaire du centre-ville de Dschang ont célébré mercredi 21 février 2018, au Lycée Bilingue de Dschang, la 19ème Journée internationale de la langue maternelle couplée aux arts.

« Préservation de la diversité linguistique dans le monde et promotion du multilinguisme en vue de réaliser les objectifs de développement durables », ou « Preserving linguistic diversity and promoting multilingualism to support sustainable development goals ».

Présidée par M. Bedjobo Simplice, délégué régionale des Enseignements secondaires pour la région de l’Ouest, cette cérémonie a réuni, outre les élèves, les chefs d’établissements, les personnels enseignants et quelques invités de marque dont le délégué départemental du MINESEC M. Laurent Kenfack  et M. Désiré Mbongue le délégué départemental des Arts et de la culture pour la Menoua.

« La célébration de la Journée Internationale de la Langue Maternelle consacre la reconnaissance par la communauté internationale des droits linguistiques à tous les peuples du monde, a souligné le délégué régional qui a expliqué que la langue étant une institution dynamique qui se charge de l’histoire, des expériences et de la vision du monde du peuple qui parle ».

Lauréats primés à l’issue des compétitions

  • Catégorie Poésie : Lycée classique de Dschang
  • Catégorie Débat : Lycée Technique
  • Catégorie Sketch : Lycée classique de Dschang
  • Catégorie Dictée : Lycée Classique de Dschang
  • Catégorie Ballet : Collège Bilingue Intellexi
  • Catégorie Leçon : Lycée Bilingue de Dschang
  • Catégorie Journal : Lycée Classique de Dschang
  • Catégorie Chant : Lycée de Zenme
  • Danse et percussion : St Paul’s English Catholic College Dschang
  • Catégorie Lecture : Lycée de Zenme
  • Catégorie Stand : Lycée Technique de Dschang
  • Écriture et Langue : Université de Dschang

En 1952, des jeunes sont tombés sous les balles des forces du maintien de l’ordre  pakistanais alors qu’ils manifestaient pour défendre leurs droits à faire usage de leur langue maternelle. En reconnaissance de l’utilisé de leur combat, l’UNESCO a choisi la date du 21 février comme jour de commémoration  de ces martyrs.

Augustin Roger MOMOKANA