...
...
Responsive image

A la diaspora et aux patriotes dans le pays : Venez acheter chacun un hectare de terrain !

 

Dschang, 29 mai (Sinotables.com) – Ne soyons plus les derniers sur la terre. Je l'ai dit ce matin à Chedjou Fotso et à Hernandez Fozeu.

Si nous voulons posséder l’Afrique demain, si nous voulons conserver nos terres, nous devons agir maintenant. Chacun de nous doit acheter un hectare de terrain.

Actuellement au Cameroun on accuse les Bamiléké d'avoir acheté toutes les terres à Douala et Yaoundé et ceci à vil prix. Mais ces accusations qui n’agitent que les petits esprits me poussent à réfléchir plus loin.

Tenez ! Les chinois, les indiens et les Occidentaux sont entrain d'acheter toutes nos terres qu’ils  exploitent comme des vampires assoiffés de sang.

Entre temps, nous sommes concentrés dans des débats de tribus et politiques qui dans le fond ne nous a que fait régresser depuis les indépendances.

Je montais hier soir avec Génésis Chedjou un projet de ferme industrielle qui sera lancé d'ici novembre, si les choses se passent ben. J'ai du coup pensé au village que j'irai visiter ce samedi avec Fozeu est situé à 45 KM de Douala et où Bolloré à lui seul possède des centaines hectares de terres.

Le chef de ce village avait, il y'a 4 ans, refusé de vendre ses terres aux étrangers, et surtout aux français. Malheureusement pour lui Bolloré était allé chercher les gendarmes qui sont venus le menacer, comme si la vente des terres est une obligation.

Mais que faisons-nous pour ne pas prendre chacun un hectare de terre? Je me propose de vous faciliter la tâche. Ce samedi je serais avec mon équipe dans la zone de la Sanaga-Maritime, aux environs d’Edéa, pour visiter plusieurs sites qui pourront vous être destinés à la vente.

Chers frères et sœurs, de la diaspora et de l’intérieur du pays, venez acheter les terres au Cameroun, car chaque jour qui passe nos parents les vendent aux chinois, indiens, arabes et occidentaux. Que laisserons-nous comme héritage à nos enfants?

Achetons des terres, ça coûte parfois moins de 1000 euros l’hectare !

Contact : GIC-LIJEC (Ligue des jeunes entreprenants camerounais), un projet de l'association CLUB AFRIQUE VISION (CAV)

NZODJOU FOTSING, un jeune indigné contre l'inertie mentale des Africains.

A la diaspora et aux patriotes dans le pays : Venez acheter chacun un hectare de terrain ! – Sinotables