...
...
Responsive image

Allemagne : Berlin a décidé de décoloniser les noms de certaines de ses rues.

 

Dschang, 14 juin (Sinotables.com) – La ville de Berlin, Allemagne, a décidé de procéder à la décolonisation des noms de certaines de ses rues, rapporte Colonialism Reparation.

Cette décision de Berlin de décoloniser les noms de certaines rues ouvre le chapitre de  la commémoration des « héros de la résistance » et non plus des protagonistes coloniaux, se réjouit l’organisation qui appelle d’autres  villes à « à suivre l’exemple ».

Après deux longues années de débats, l’Assemblée du district de Mitte, dans la ville de Berlin, a enfin décidé de  « changer les noms de certaines rues du quartier africain en commémorant désormais  les héros de la résistance au colonialisme et non plus  les protagonistes coloniaux.»

Cette décision de décoloniser ses rues est la conséquence d’une longue fronde avec des associations engagées contre la décolonisation. Depuis 2010, de nombreuses associations ont engagé un bras de fer avec les autorités en vue d’un « changement fondamental dans la gestion de l’héritage colonial de l’Allemagne, pour le changement du nom de rues qui honorent les protagonistes coloniaux ainsi que pour la promotion des cultures postcoloniales de commémoration. »

L’engagement du District de Mitte de décoloniser certaines de ses rues fera date dans l’histoire et va certainement inspirer de nombreux pays dans le monde, notamment en Afrique et en Amérique du sud où les quartiers ou les villes portent les noms d’individus qui ont parfois brillé par leur appétit de la souffrance humaine.

Quelques rues qui vont changer de dénomination d’ici le 10 août 2018 :

  • Lüderitzstraße devient Cornelius-Frederiks-Straße,
  • Nachtigalplatz devient Bell-Platz,
  • Petersallee prend pour nouvelle dénomination Anne-Mungunda-Alleeet Maji-Maji-Allee.

Selon Colonialism Reparation l’exemple de Mitte a  déjà commencé à le faire tache d’huile. Ainsi Bruxelles, Nouvelle-Orléans et Bordeaux sont engagés sur la même voie.

Vivement que cet exemple traverse les océans pour atteindre l’Afrique, et particulièrement le Cameroun où André Blaise Essama a engagé le combat depuis des années, sans aucun soutien des autorités de la ville de Douala où l’activiste est déterminé à remplacer les monuments représentant des colons par ceux des héros pour l’indépendance du Cameroun.

(Crédit image : http://eineweltstadt.berlin)

Avec pressenza.com