« Nous avons un regain d’optimisme en ce qui concerne l’avenir de la filière cacao…nous sommes en train de remonter la pente, nous allons intégrer le Cameroun au Club d’élite au niveau de l’accord international sur le Cacao ». Dr Jean Marc Anga  Directeur Exécutif de l’Organisation internationale du Cacao –ICCO- Il a été reçu par les autorités camerounaises dont le ministre du Commerce.

Quel est l’objet de votre visite au Ministère du Commerce ?

Comme vous le savez, le Cameroun est l’un des  membres les plus importants au niveau de  l’ICCO et le Ministre du Commerce  en cette qualité et sa très  grande expérience dans le domaine du cacao et des matières premières en générale, a toujours été l’un de ceux  sur lesquels je m’appuie quand j’ai besoin de conseils en matière de  la conduite des affaires pour l’Organisation. Nous sommes à un moment critique en raison de la situation du marché que nous connaissons mais, aussi la réunion de l’Organisation internationale du Cacao  –ICCO – de septembre prochain à Abidjan en Côte d’ivoire, tout ceci nous préoccupent .Nous avons donc un certain nombre de sujets très très sensibles, donc nous   sommes venus débattre avec Monsieur le ministre du Commerce.

Le cacao principal culture de base en Afrique, ses prix ont baissé depuis quelques  années .Que comptez-vous faire pour améliorer la situation dans la Sous-région particulièrement ?

Il est vrai que les prix du cacao ont lourdement chuté pendant la dernière Campagne Cacaoyère. Nous sommes en train de remonter la pente. Les prix ne sont certes pas au niveau où ils étaient en 2015-début 2016-, nous avons aujourd’hui un regain d’optimisme en ce qui concerne l’avenir de la filière cacao, nous ne sommes pas encore au niveau souhaité… mais ils sont en train de remonter, nous avons un regain d’optimisme en ce qui concerne l’avenir de la filière cacao. Certes, justement, c’est pour échanger  sur les rôles que les pays peuvent jouer  pour renforcer cette évolution positive des cours, que nous sommes venus  échanger avec M Luc Magloire Mbarga Atangana le ministre du Commerce.

Face à la situation actuelle, qu’est ce qui peut être fait pour booster la production ?

Nous avons eu l’occasion de discuter avec M le ministre, je peux vous dire par exemple que l’un des points qui sera boosté par exemple en septembre à Abidjan, ce sera  l’intégration du Cameroun dans  un club d’élite au niveau de l’Accord international sur le cacao. Le Cameroun a déjà montré des dispositions positives en la matière, il dispose de certaines  variétés de cacao qu’on ne retrouve pas dans  certains  grands pays producteurs  comme le Ghana et la Cote d’ivoire, donc il s’agit pour le Cameroun de pouvoir rentabiliser ce   potentiel.

Propos recueillis par Joseph KAPO