Comment peut-on, au Cameroun, enseigner l’homosexualité, de la zoophilie, de la sodomie, de la pédérastie, la fellation aux enfants de 10 ans ? Il y a là une volonté d’instituer le règne de satan.

A bien examiner l’approche pédagogique, il ne s’agit nullement de la Santé Reproductive, comme laisse paraitre le thème de la leçon, mais d’une volonté délibérée de promouvoir les déviances sexuelles chez nos tous petits. « L’Excellent en Science » veut détruire le Cameroun.

Comment réagirais-tu si un jour ton enfant te racontant sa journée scolaire dit : « Papa, nous avons appris comment  faire la fellation, la sodomie, etc. » ?

La fellation, l’homosexualité, la sodomie, la pédophilie, la zoophilie, sont-ils donc devenus des moyens  de la santé reproductive ? Selon le FNUAP (Fonds des Nations  Unies pour la Population),  la santé reproductive signifie parler du Planning Familial, des Droits de l’Homme.

Dans la situation décriée, cette impulsée via « L’Excellent en SCIENCE. Classe de 5ème » des Camerounais ignorent cette approche, pour focaliser l’acte sexuel : «une personne peut mener  une  vie  sexuelle  satisfaisante,  en  toute  sécurité,  qu’elle  est  capable  de  procréer  et  libre  de  le  faire  aussi  souvent  et  aussi  peu  souvent  qu’elle  le  désire ».

L’EXCELLENCE EN  SCIENCE. 5ème

Et l’une des craintes au sortir de la Conférence du Caire (1994) sur la population et le développement fut justement le caractère épars du  droit  sur la Santé Reproductive. Tant et si bien que des pays comme le Bénin pourtant pionnier en matière de Planning Familial ont été obligés de baisser la garde, d’abandonner leur initiative.

L’éducation sexuelle pour sa part consiste à expliquer clairement aux enfants ce qui existe, mais en leur parlant tout au moins des déviances. Ce que le livre de 5ème  enseigne à nos enfants, c’est plutôt une propagande de la sexualité satanique, à travers les manuels scolaires.

Augustin Roger MOMOKANA