La caravane de Ndifor Frankline Afanwi dans la région de l’Ouest a observé son escale de Dschang vendredi 31 août dernier, sous un ciel peu clément.

« Nous ne voulons pas le pouvoir pour transformer le Cameroun en églises, mais pour montrer qu’avec la foi il est possible de construire un pays acceptable par tous. Tout ce que nous faisons, nous devons placer Dieu devant.»

Arrivé en grande pompe dans la cité universitaire, Ndifor Frankline Afanwi candidat du MCNC (Mouvement citoyen national camerounais) ont pris leur quartier à la place des fêtes où étaient mobilisés quelques centaines de personnes aux couleurs du parti.

« Vous êtes le futur président de la République. Certes les choses ne seront pas faciles, mais vous avez les atouts nécessaires », a déclaré le président départemental du MCNC.

Pour sa part, le président du MCNC a invité les populations de la Menoua à soutenir la candidature de son protégé qui est un envoyé de Dieu pour délivrer le Cameroun du joug de 36 années de dictature.

Prenant la parole, Ndifor Frankline Afanwi s’est voulu fidèle à sa profession. Il a ainsi invité le public à prier avec lui pour la paix au Cameroun. « Le Cameroun ne vas pas se diviser. Ce dont le Cameroun a besoin c’est le changement de la gouvernance », a-t-il déclaré.

Mais pour renverser la gouvernance actuelle, il va falloir se rendre massivement aux votes. Pour voter chacun doit détenir sa carte d’électeur. Ceux qui se sont enregistrés sur les listes électorales et qui trainent à aller retirer leur carte d’électeur doivent le faire dans les brefs délais. Faute de quoi ne pas s’attendre au changement.

« Je suis un prophète du fire. Dieu a décidé de changer le Cameroun. De l’arranger. Mais on ne veut pas que notre pays soit détruit », a indiqué l’homme de Dieu, expliquant, « le pouvoir d’un pays n’est pas aux mains du gouvernement, mais du peuple ».

Ndifor Frankline Afanwi a fustigé le président Paul Biya qui a récemment invité, accueilli et décoré des occultistes.  Il rappelle au président sortant et à son gouvernement qu’il garantit leur liberté au cas où ils accepteraient le verdict des urnes au soir du 7 octobre.

La rencontre avec le public de Dschang ne s’inscrit pas dans la cadre de la Campagne électorale dont le top départ n’est pas encore donné. Elle vise à présenter le candidat du  MCNC à la Menoua. Rendez-vous a ainsi été pris pour les semaines à venir, pour la campagne électorale en vue de l’élection présidentielle du 7 octobre.

Augustin Roger MOMOKANA