Issa Tchiroma Bakary battra campagne pour le compte du candidat Paul Biya à Dschang, Penka-Michel et Santchou. Telle est l’annonce faite, samedi 8 septembre, par Nsangou Salifou le président du FSNC (Front pour le salut national du Cameroun) Menoua.

Nsangou Salifou s’exprimait devant un parterre des militants et responsables dont le Secrétaire général du Comité Central Jean Nkueté, le ministre délégué à la Justice Jean Pierre  Fogui, le sénateur Professeur Fomethe Anaclet réunis à la Maison du RDPC dans le cadre du meeting de mobilisation des fonds de soutien à la campagne du candidat Paul Biya à la présidentielle du 7 octobre.

Réagissant à la suite de ce membre du G20, le ministre Jean Pierre Fogui, par ailleurs président de la Délégation départementale permanente du Comité Central dans la Menoua a promis de prendre les dispositions nécessaires pour cet accompagnement politique.

L’on a appris que le FSNC nouvellement implanté dans le département de la Menoua est présente dans trois des six circonscriptions électorale que compte le département. Ainsi, Santchou, Penka-Michel et Dschang accueilleront la caravane du parti de Issa Tchiroma Bakary.

De mémoire de journaliste, le président national du FSNC n’a jamais battu campagne dans une ville autre que Garoua son fief qu’il dispute à  l’UNDP, au RDPC et au SDF. Sans  doute descendra-t-il à l’Ouest et ailleurs pour tenter de démontrer que son parti à véritablement une couverture nationale !

Le meeting a permis de mobiliser une énorme somme d’argent dont le montant n’a pas été communiqué, malgré la demande insistante des camarades et des médias. Pour l’organisateur de la rencontre, quelques donateurs trainaient à se manifester et il serait judicieux de les attendre.

Néanmoins, le refus de publier le bilan a laissé libre cours à toute sorte de supputations. C’est ainsi que l’on a entendu dire que les chiffres serait de l’ordre de 45 millions pour certains, de 60 millions pour d’autres. Tous sont des membres du RDPC qui s’offusquent d’ailleurs du comportement du ministre Jean Pierre Fogui à les mépriser au nom de quelques individus.

Augustin Roger MOMOKANA