...
...
Responsive image

Crise anglophone : Le ministre Paul Tasong a rencontré des déplacés du Sud-Ouest à Dschang.

 

Une séance de travail aux allures de réunion familiale. Telle est l’identité que le Ministre Paul Tasong, ministre délégué auprès du ministre de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du Territoire (MINEPAT), a voulu coller à sa rencontre avec les déplacés du Lebialem dans la Menoua.

Les échanges ont tourné sur la crise qui secoue les régions du Nord-Ouest et Sud-Ouest, précisément  des déplacés du département du Lebialem  dont la ville de Dschang accueille une bonne partie.

Outre les conditions d’intégration, les difficultés pour inscrire les enfants dans les établissements scolaires, l’alimentation, les participants ont dénoncé les actes de barbarie perpétrés sur leur terroir. « Ceux qui commettent des atrocités sont nos frères, nos enfants, nos amis. Nous les connaissons. Pourquoi ne pouvons-nous pas leur demander de laisser tomber les armes et de sortir de la forêt ?» Le préfet de la Menoua, Balungeli Confiance Ebune, s’est ainsi adressé à ses vis-à-vis dont 17 chefs traditionnels, afin qu’ils dénoncent toute personne suspecte, car rien ne peut se faire dans le désordre et l’insécurité.

Pour les 200 et plus de déplacés présents à la rencontre, l’intégration à Dschang est un problème. Ils font l’objet de méfiance s’ils ne sont pas traités d’Ambazoniens. Cette stigmatisation leur rend la tâche difficile. Tant et si bien qu’ils souhaiteraient que les routes Dschang-Menji, et  Wabane-Menji-Aloh soient aménagée pour faciliter leurs déplacements. La route Fongo-Tongo leur étant désormais hostile.

D’ailleurs, pour le ministre Paul Tasong, ils devraient s’organiser pour regagner leurs villages où ils ont abandonné maisons et champs.

Il convient de signaler que Fongo-Tongo a pris des mesures fortes pour lutter contre les incursions sur son territoire des Ambazoniens. Des groupes d’autodéfense ont été créés ici et là pour veiller à la sécurité du territoire.  Une décision rendue nécessaire par des multiples incursions des sécessionnistes ayant comme conséquence des enlèvements avec demande de rançon.

La réunion qui s’est tenu dans un hôtel de la place a bénéficié d’un dispositif de sécurité spécial composé en majorité des forces spéciales de la gendarmerie et de la police.

Avant d se séparer, aux environs de 15h, le ministre et ses convives ont partagé un repas bien assaisonné. En plus, le ministre a instruit la mise sur pied d’une commission de recensement des déplacés du Lebialem dans la Menoua, afin que le gouvernement puisse intervenir efficacement auprès de ces ceux-ci.

Le ministre Paul Tasong, qui avait à ses côtés le préfet de la Menoua Balungeli Confiance Ebune, n’a pas souhaité s’exprimer aux micros des journalistes qui ont eu vent de la tenue de cette rencontre.

Augustin Roger MOMOKANA