...
...
Responsive image

Présidentielle 7 octobre 2018 : Le Rdpc a les yeux doux dans les Bamboutos.

 

Le meeting de lancement, dans le département des Bamboutos, de la campagne électorale en faveur de l’élection du candidat du Rdpc au scrutin du 7 octobre prochain, s’est tenu. Sur la place des fêtes à Batcham dans  l’arrondissement de Batcham.

« Nous sommes réunis en ce lieu pour planter les bases du plébiscite, le 7 octobre 2018 du candidat Paul Biya. Nous devons voter pour lui pour plusieurs raisons, entre autres : Paul Biya,  c’est la sagesse,  la force de l’expérience dans la gestion des hommes et affaires publiques. » Le propos est du ministre des travaux publics, Emmanuel Nganou Djoumessi, président de la commission départementale de coordination de la campagne électorale du candidat  du Rdpc, Paul Biya, dans le département des Bamboutos. C’était le 22 septembre 2018 sur l’esplanade de la place des fêtes à Batcham dans l’arrondissement de Batcham à  l’occasion du meeting de lancement, dans le département des Bamboutos,  de la campagne électorale en faveur de l’élection du candidat du Rdpc Paul Biya à la présidentielle du 7 octobre 2018. Devant un parterre de personnalités dont, les hiérarques locaux du Rdpc de qui : les maires des  4 communes (Babadjou, Galim, Batcham, Mbouda) du département ; les membres de la commission départementale de la campagne du Rdpc ; les militants des sections Rdpc des Bamboutos ; le représentant des partis alliés du Rdpc dont Joseph Mouafo, membre du comité central de l’Undp. Que côtoient des sympathisants du parti des flammes et badauds.

Enjeu  sécuritaire

Le  ministre des travaux publics se veut  explicite : « Nous avons besoin de cet homme-là » aujourd’hui comme demain. Car notre pays est en guerre sur trois fronts : à l’extrême Nord, contre Boko haram ; au Nord-Ouest et Sud-Ouest contre les sécessionnistes ; sans compter l’afflux des réfugiés venant de la République centrafricaine qui constitue aussi une source d’instabilité. « Dans ce contexte, dit-il, l’homme de la situation s’appelle Paul Biya parce qu’il connait le chemin que nous devons emprunter pour retrouver la paix et la tranquillité.» En termes de stratégies de campagne, aux membres de la commission communale de la campagne du Rdpc,  il a prescrit le porte-à-porte pour fidéliser et convaincre les indécis.

La rencontre du jour a donné lieu à plusieurs interventions qui ont convergé dans le sens du vote de Paul  Biya. Entre autres, celle de Joseph Mouafo qui, dans son allocution déclare que le plébiscite de Paul Biya est une victoire contre la division du Cameroun, les sécessionnistes et leurs suppôts qui se sont revêtus de la  cagoule de candidats à l’élection présidentielle. Et pour le renforcement du vivre-ensemble, » soutient-il. Le problème des travaux du désenclavement du bassin agricole de l’Ouest, par l’occasion, a été remis au goût du jour par le ministre des travaux publics quand l’on connait que l’entreprise Eser soumissionnaire du marché et en charge des travaux, cristallise lenteurs et défaillances dans l’exécution des tâches, notamment, sur le tronçon Mbouda-Batcham déliquescent en cette saison des pluies et 7 mois d’impayés d’arriérés de salaire des employés. « Quand une route commence, elle s’achève ; cela se fera avec les sous-traitants qui sont sur la brèche. Les travaux, toute fois, connaissent du retard en raison de la conjoncture ; la question d’argent pour payer l’entreprise se pose. Il  n’y en pas assez, le peu dont nous disposons est recyclé pour maintenir l’intégrité de notre territoire dans l’extrême Nord et ramener la paix dans certaines de nos régions du pays, » explique-t-il.

Un critique politique réalise, somme toute,  que cette consultation populaire a donc un enjeu hautement sécuritaire. « Les problèmes de sécurité devraient occuper une place centrale dans les programmes des candidats. Seulement les agents de l’étranger, bien connus et parrainer par les impérialistes occidentaux ne peuvent pas les soulever au risque de perdre leur onction pour accéder à la magistrature suprême. Seul  le programme du candidat Rdpc bénéficie d’un préjugé favorable quand l’on sait combien il a été efficace dans la lutte contre Boko Haram au Nord du pays. La forme de l’Etat est également un autre sujet d’intérêt car chacun des candidats voudra relever ses talents quant à la négociation visant à la consolider les acquis. Et à marquer ses empreintes dans la solution de ce problème vital. Alors que pour  le Rdpc, l’on insiste sur le caractère indivisible de l’Etat, les autres surfent sur le fédéralisme et le régionalisme, » dit-il.

                Vigilance

Signalons qu’après l’étape de Batcham, le président de la commission, entre le 22 et 23 septembre 2018, a fait le déplacement de chacune des  trois  autres  mairies du département à l’effet de passer le message en faveur du vote de leur champion au cours du dit scrutin. Pour la circonstance, dans chaque localité donc, au cours d’un meeting organisé, il  est resté constant dans l’étalage des exposés électoralistes déployés à Batcham. Dans la commune de Babadjou limitrophe des régions du Nord-Ouest et Sud-Ouest où les hors-la-loi font des exactions, le président de la section Rdpc, Mathurin Wa et le maire, Jacques Delego ont  invité les populations à la vigilance pendant la campagne électorale et le déroulement du vote lorsqu’on  sait que la jeunesse peut être facilement corrompue par ces rebelles qui peuvent les faire miroiter des avantages qui ne sont que virtuels. Et se servir d’eux comme bras séculiers dans leur entreprise de déstabilisation.

Filbert AZAP NDONGO   

 

Présidentielle 7 octobre 2018 : Le Rdpc a les yeux doux dans les Bamboutos. – Sinotables