Présidentielle du 7 octobre : Joshua Osih n’est pas le petit-frère de John Fru Ndi.

 

« Joshua Osih c’est quand même un poids lourd, pas seulement de son titre de président [du SDF], c’est un opérateur économique ; c’est quelqu’un qui a un grand réseau de relations au plan national et international (…) Nous avons pensé que c’est l’homme qui avait de grands atouts, le profil de la haute fonction de président de la République ».

On avait entendu, à plusieurs reprises et à divers meetings du RDPC (Rassemblement Démocratique du Peuple Camerounais) dans la Menoua, que le candidat du SDF (Social Democratic Front) Joshua Osih serait un membre de la famille de John Fru Ndi.

Mercredi 3 octobre, face à Dschang Press Club, dans la cadre de la 4e édition du Dschang Press Coffee, le sénateur Etienne Sonkin a apporté un démenti cinglant à cette information qui voudrait que Joshua Osih le candidat du RDPC soit un frère de John Fru Ndi.

« Même sans être du parti, Ces rumeurs-là n’ont pas de consistance. Parce que Joshua Osih est de Mamfé (…)»

Le sénateur Etienne Sonkin qui est venu défendre la candidature du candidat Joshua Osih du SDF rencontre un problème avec les Camerounais qui ne réalisent pas l’état de pauvreté dans lequel les a plongés le RDPC. Le peuple peine pour comprendre les enjeux de la politique.

« Le candidat du SDF a été le premier  à publier son projet de société, dit contrat de société. Tous les autres ont triché ». On se demande, alors que Paul Biya sollicite le suffrage des Camerounais pour un nouveau mandat de sept ans à la tête de l’Etat, ce qu’il a fait de « Pour le Libéralisme communautaire ».

Pour sa part, le SDF n’a pas de mandat présidentiel à défendre. Il présente plutôt un contrat de société qui rompt avec la gestion à l’emporte-pièce du pays par le  RDPC. Il sera axé sur la dématérialisation, c’est-à-dire la mise en place d’un système de gestion électronique, afin de réduire au maximum le contact des agents de l’Etat avec l’argent. Si la dématérialisation assure la traçabilité dans la gestion des affaires, elle lutte également contre la corruption.

Parmi les propositions phares : la réduction du nombre de postes ministériels de 67 à 20, les suppression du poste de Premier Ministre, du Conseil économique et social, du sénat, des communautés urbaines, des préfets et sous-préfets ; l’élection des gouverneurs, des recteurs, doyens et chefs de départements, et surtout la gratuité de l’école, de la maternelle à la fin du 1er cycle du secondaire, et le passage progressif du SMIG de 36000 FCFA à 160 000 FCFA.

Pour la crise anglophone, le fédéralisme est la solution proposée par le SDF. « Les Anglophones qui demandent la sécession ne sont pas fous. Ils savent bien que s’il y a le fédéralisme ils vont y trouver leur compte. Les vrais anglophones. parce qu’ils ont eu affaire à un pouvoir fou, à un pouvoir récalcitrant… ».

Augustin Roger MOMOKANA  

Présidentielle du 7 octobre : Joshua Osih n’est pas le petit-frère de John Fru Ndi. – Sinotables