Présidentielle du 7 octobre : Maurice Kamto laisserait-il imperturbable le candidat Paul Biya ?

 

Face  aux journalistes membres de Dschang Press Club, le sénateur Professeur Fomethe Anaclet et Dr Bipele Jacques ont défendu la candidature du président sortant Paul Biya.

L’acte 5 de « Dschang Press Coffee », jeudi 4 octobre, a réuni autour de la table deux membres de la commission communale de campagne électorale du candidat Paul Biya  à Dschang et les membres de Dschang Press Club.

« Le RDPC qu’on le veuille ou non est le parti émergent pour avoir eu le mérite de s’implanter partout dans l’ensemble du territoire à travers ses organes : au sommet on a le Comité Central, quand on descend on voit les sections, après les sections, on a les sous-sections, on a ensuite les comités de base, après les comités de base on a les cellules (…) Là il y a eu une sorte d’envahissement même de l’ensemble du territoire national. C’est le premier élément. Le deuxième élément c’est qu’on a en face une opposition qui tergiverse. Une opposition qui n’exprime pas le souci des Camerounais. Mais une opposition qui veut les intérêts. Attendez ! On a lancé le scrutin, c’est Kamto qui veut être le président de la République, c’est Akere Muna qui veut être président de la république, c’est Cabral Libii qui veut être président de la république, c’est Joshua qui veut être président de la république, c’est Ndam Njoya qui veut être président de la république. C’est normal. Mais que l’on en tire aussi les conséquences. Paul Biya face à ces huit candidats reste imperturbable.  Au regard de son bilan éloquent. Je voudrais rappeler que toute personne de bonne foi sait que, face à cette opposition hésitante et dans un système juridique qui a mis en place un scrutin majoritaire à un tour, le président Paul Biya part largement favori. La jeunesse a compris que ses intérêts sont derrière le président Paul Biya créateurs d’emplois, que ses intérêts sont derrière le président Paul Biya protecteur  de la jeunesse» : Docteur Bipele Jacques.

Pendant près de deux heures, les deux parties ont débattu sur la campagne électorales du candidat Biya telle qu’elle se déroule à Dschang, et  les arguments de campagnes déclinés dans la Profession de Foi affichée ou lue ici et là.

Selon le sénateur professeur Fomethe Anaclet et Dr Bipele Jacques, le bilan du candidat « Champion » du RDPC est éloquent et les Camerounais ne doivent pas « louper cette chance d’avoir Paul Biya comme prochain président de la République. »

Pour étayer leur assertion ils citent les routes, la carte scolaire densifiée, la création de la faculté de médecine et des sciences pharmaceutiques à l’Université de Dschang ; et de nombreux rêves dont la création d’un Centre hospitalier universitaire, d’une école normale supérieure, l’exploitation de la bauxite de Fongo-Tongo, entre autres.

Dans tous les cas, Paul Biya est le « protecteur de la jeunesse ». Raison pour laquelle il a prescrit la professionnalisation des enseignements dans les universités. Ceci pour encourager et faciliter l’auto-emploi des jeunes.

« Nous savons qu’une élection n’a jamais été gagnée d’avance (…) De la cible hésitante ! Nous pensons que nous arrivons à convaincre quelques hésitants parce que comme vous le savez, notre candidat justifie de la force de l’expérience » : Sénateur professeur Fomethe Anaclet.

Les indécis doivent se ranger derrière Paul Biya dont l’élection ne souffre d’aucune contestation, à s’en tenir à la couverture du pays par son parti, le RDPC. A Dschang il est question d’atteindre le taux de 90%, score pour demander légitimement  la construction et l’ouverture d’un CHU à Dschang.

«  S’agissant précisément de Dschang nous disons, en campagne, pourquoi ne pas voter bien, de manière à ce que le Président  Biya ait une majorité confortable ? Nous avons une  faculté de médecine. Mais je dis que nous sommes légitimes lorsque nous allons bien voter,  de solliciter un CHU-Centre Hospitalier Universitaire- qui serait adossé à l’université. Nous serons légitimes, quand on aura voté à 90% à Dschang, de demander aussi notre Ecole normale supérieure(…) C’est une demande des populations.  C’est un outil de professionnalisation et de formation qui est très sollicité par les jeunes. Il y a d’autres choses qui pourraient être également sollicitées si d’aventure nous votons vraiment bien» : Sénateur professeur Fomethe Anaclet.  

 

Augustin Roger MOMOKANA

Présidentielle du 7 octobre : Maurice Kamto laisserait-il imperturbable le candidat Paul Biya ? – Sinotables