Ils se sont déployés à découvert dans le Bamesso natal du ministre des Travaux publics. A l’Ecole publique de Bamesso Latet, un coin aménagé et approvisionné en breuvage avait pignon sur rue pour étancher les gorges avides des électeurs.

Le scrutin présidentiel de ce dimanche 7 octobre 2018 à Mbouda, dans le département des Bamboutos, n’a pas enregistré un taux de participation honorable des électeurs. Les bureaux de vote n’ont pas connu de grandes affluences.

Un échantillon de 5 bureaux de vote pris dans le centre-ville, notamment, école bilingue ; centre de jeunesse ; école publique groupe (I) ; école publique groupe(II) et école maternelle, fait, respectivement, mention de : nombre d’inscrits 420, avis exprimés 251 ; nombres d’inscrits 134, suffrages exprimés 53 ;  nombres d’inscrits 197, votes exprimés 102 ; nombres d’inscrits 335, suffrages exprimés 200 ; nombres d’inscrits 322, votes exprimés 205.

Selon un président de bureau de vote cette situation pourrait s’expliquer par le fait que les abstentionnistes estiment que leur participation au jeu électoral ne changera rien à la mascarade électorale organisée par le régime Rdpc  dont l’obsession est d’assurer la réélection de Paul Biya à la magistrature suprême. « D’aucuns qui ont même voté sont ceux qui ont un intérêt direct avec les pontes du régime ou qui ont troqué leur vote contre un morceau de savon ou des espèces sonnantes et trébuchantes à eux donnés par les zélateurs du parti au pouvoir, » soutient-il.

Il convient de relever qu’à Bamesso, le village du ministre des Travaux publics, Emmanuel Nganou Djoumessi,  l’on a constaté et déploré la présence des effigies du candidat Paul Biya dans les bureaux de vote.

De même, des charters électoraux auraient été déployés en vue de garantir la réélection du candidat du RDPC. Selon nos sources,  de des cars de transport ont été affrétés pour la cause. Des votes multiples n’étaient pas en reste. A l’Ecole publique de Bamesso Latet, par exemple, un coin aménagé et approvisionné en breuvage avait pignon sur rue pour étancher les gorges avides des électeurs.

La présence des bandits électoraux a été aussi annoncée dans la localité de Balatchi, village du maire  de la commune de Mbouda, Roger Michel Ngoulla Nkenlack. Joint au téléphone  par notre  source, le magistrat municipal s’est contenté de : « Il n’y a pas de bandits électoraux à Balatchi. Ce qu’il faut retenir c’est que l’on ne peut pas  reprocher aux fils et filles locaux résidant à Douala ou  Yaoundé et régulièrement inscrits sur les listes électorales locales de rentrer au village pour voter. »

Cet avis est partagé par le président de la section Ojrdpc des Bamboutos centre (I).  Jean Claude Tatissong soutient que tous ceux qui ont accompli leur devoir citoyen à l’occasion de cette élection présidentielle dans la localité sont régulièrement inscrits sur les listes électorales locales.

Filbert AZAP  NDONGO