Paul Biya, président élu ( ?) au soir du scrutin présidentiel du 7 octobre dernier prête serment ce mardi 6 novembre. Un jour doublement historique pour le ressortissant de Mvomeka qui, il s’en souvient, avait prêté serment pour la toute première fois, en tant que Président de la République, le 6 novembre 1982.
Cette prestation de serment sera en l’absence de deux importantes personnalités du pays :

Marcel Niat Njifenji

Le président du Sénat, Niat Njifenji Marcel demeure cloué dans son lit de malade à Paris. La deuxième personnalité du pays, celle-là à qui incombe la succession en cas d’empêchement définitif du Président de la République, a voté sous « les béquilles ».

Les 79 enfants enlevés à Bamenda
Les 79 enfants, tous des élèves de la Presbyterian Secondary School of Nkwen (Bamenda) ont été enlevés lundi. Les ravisseurs ont certainement des écorces pour entrer au cœur de la capitale de la Région du Nord-Ouest et repartir avec 79 otages sans que les forces de défense ne puissent les stopper. Le nouveau président de la République prête serment avec un brin de chagrin dans le cœur pour ces enfants, leur famille et le pays tout entier qui ne comprend pas ce qui a pu arriver véritablement à Nkwen. Les ambazoniens-là ont déjà leur avion ? Les recherchent se poursuivent pour les retrouver.

Maurice Kamto

Celui qui continue de crier au hold up électoral par le Conseil constitutionnel en faveur de Paul Biya, s’est adressé aux camerounais en ces termes : « J’ai reçu mission de tirer le pénalty historique. Je l’ai tiré. Le but a été marqué. » Depuis lors Maurice Kamto appelle ses partisans à se mobiliser contre le hold up électoral. Un appel qui a écho dans certaines grandes métropoles du pays et dans les grandes capitales occidentales. Au point où l’on en est à se demander jusqu’où poussera-t-il cette résistance pacifique et pour quel résultat. Maurice Kamto est annoncé au Stade Omnisport de Yaoundé ce même jour, et à l’heure où Paul Biya et les siens seront à l’Assemblée nationale pour la prestation de serment. Le ministre Grégoire Owona et le président Cavaye Yeguie Djibril sont très vexés et ils l’ont fait savoir au gouvernement et à l’intéressé.
Ces trois absences méritaient que l’on s’y attarde. Compte tenu de l’enjeu lié à la prestation de serment du président de la République. En prêtant serment ce 6 novembre, Paul Biya s’engage pour un nouveau mandat de sept ans à la tête du Cameroun. Un nouveau mandant dont il fera ce que bon lui semble, sans trouver en face des contestations suffisamment musclées, pour les dossiers politiques et sécuritaires dont certains laissent présager la tempête : la crise anglophone, les libertés, et le réforme du gouvernement. Que va-t-il se passer après le 6 novembre ? Deux discours sont attendus : celui de l’hémicycle et celui de l’omnisport.
Augustin Roger MOMOKANA

Au Ngomna : quelles urgences pour le Cameroun après le 6 novembre ?