« Mimi Mefo, journaliste camerounaise vient (21h15 du Cameroun) d’être déférée au Tribunal militaire de Douala pour propagation de fausses nouvelles », signe Data Cameroon.

Notre consœur Mimi Mefo, présentatrice vedette de langue anglaise à Equinoxe Tv et Radio était depuis 14h [mercredi 7 novembre] devant le Commandant en second de la Légion.

Selon la défense de @Mimimefo237, elle serait accusée d’ « apologie du terrorisme ». Sa convocation signé d’un opj [officier de police judiciaire, ndlr] indiquait pourtant « propagation de fausses nouvelles » et « cybercriminalité ». Elle pourrait comparaitre devant le tribunal militaire dès lundi.

Sur décision, du Commissaire du gouvernement auprès du Tribunal militaire, @Mimimefo237 a été aussitôt placée sous mandat de dépôt à la prison de New Bell à Douala, rapporte notre confrère Alex Gustave Azebaze qui s’est rendu. Il est confirmé que la journaliste @Mimimefo237 passe la nuit en prison.

Me Alice Nkom qui assure la défense de la journaliste s’est indignée, « C’est la pire de mes journées depuis une dizaine d’années. J’ai vu comment on lui mettait les menottes. Mais suis rassuré par la solidarité des journalistes », rapporte notre source.
La mise en détention de Mimi Mefo intervient au lendemain de l’investiture du président Paul Biya pour un nouveau mandat de 7 ans à la tête du Cameroun. De nombreuses réactions fusent de par le monde.

« Why is Ms. Mefo being summoned to the Gendarmerie on charges of “fake news & cyber criminality”? For continued focus on the Anglophone Crisis? Because she dared to go to conflict zones when few others did? Because she refused to just repeat govt rhetoric & carried out analysis?» s’interroge Edith Kah Walla.

/>

Augustin Roger MOMOKANA