La grande Une du quotidien « Mutations » du lundi 3 décembre traduit l’état d’esprit général au Cameroun depuis le coup de semonce de la CAF (Confédération Africaine de Football). Une photo représentant le président de la CAF Ahmad Ahmad , accompagné de Samuel Eto’o, reçu au palais de l’unité par le président Paul Biya à qui il remet un fanion de son organisation.
« Mutations » a imaginé que l’état d’esprit du Camerounais après l’annonce du retrait de l’organisation de la CAN (Coupe d’Afrique des Nations) 2019 au pays des Lions indomptables. Bien sûr que la surprise n’est pas générale, compte tenu de certains faits et observations sur le terrain, notamment l’état des voiries urbaines dans à Douala et à Bafoussam, ou encore l’état d’insécurité ambiante dans les régions du Nord-Ouest et Sud-Ouest, il faut dire le tôlé est général. Les Camerounais ont plutôt la tête au sol et les pieds dans les nuages.
Il fallait une imagination de la taille de celle que nous a servi « Mutations », pour démontrer à quel niveau se situe la déception et l’indignation au Cameroun, pays dont l’urgence semble de règle. Il se pourrait que depuis le jour de sa création, une main obscure travaille pour que rien ne soit fait à temps au Cameroun. C’est toujours dans la précipitation de dernière minute que les dossiers sont traités.
La UNE de « Mutations » du Lundi 3 décembre 2018 a réussi l’exploit de traduire, à la fois, cette tradition de dernière minute et l’état d’esprit qui en découle. On est loin d’Une ordinaire. Ce retournement de sens mérite un bravo à l’équipe.

Augustin Roger MOMOKANA