Le Comité National de Désarmement, de Démobilisation et de Réintégration (CNDDR) des ex-combattants du Boko Haram et des groupes armés des Régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest est la solution pour mettre un terme aux crises sécuritaires dans les trois régions du Cameroun.
Le Président Paul Biya vient de lancer l’appel aux combattants de Boko Haram et aux sécessionnistes du Nord-Ouest et Sud-Ouest afin qu’ils déposent les armes et réintègrent la société ; dans le but d’un retour de la paix au Cameroun.
« Le Comité a pour mission d’organiser, d’encadrer et de gérer le désarmement, la démobilisation et la réintégration des ex-combattants du Boko Haram et des groupes armés des Régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest désireux de répondre favorablement à l’offre de paix du Chef de l’Etat en déposant les armes », indique le décret présidentiel daté du 30 novembre.
Le CNDDR placé sous la coordination du Premier Ministre est dirigé par un Conseil de Direction composé de plus d’une douzaine de membres du gouvernement. Au plan opérationnel, il est administré par un Coordinateur National assisté d’un Adjoint. Au niveau région il est représenté par des centres régionaux chargés de l’exécution au niveau local des missions du Comité. Ces centres régionaux sont basés à Mora, Buéa et Bamenda.
Cette main tendue du Président Paul Biya aux combattants de Boko Haram dans l’Extrême-Nord, et à ceux des régions anglophones du Cameroun veut briser les chaines de la violence afin de ramener la paix dans ces parties du territoire nationale.
Par ailleurs, le président Paul Biya demande à toute personne de bonne volonté, autorité traditionnelle, religieuse, soucieuse de soutenir ses efforts à ne pas hésiter à apporter son concours pour le succès de cette opération de salut national.

Le programme proposé par le Comité se décline comme suit :
En matière de désarmement:
Accueillir, prendre en charge et désarmer les ex-combattants.
Collecter, répertorier et stocker les armes et munitions remises volontairement par les ex-combattants.
Prendre toutes les dispositions appropriées à la destruction des armes, munitions et explosifs – en liaison avec les autorités compétentes.

En matière de démobilisation:
Mettre en place des sites de cantonnement pour les ex-combattants et en assurer la gestion. L’encadrement des ex-combattants.
Apporter une assistance multidimensionnelle aux ex-combattants dans le cadre de leur préparation à un retour à la vie civile.

En matière de réintégration:
Prendre les dispositions nécessaires à la déradicalisation des ex-combattants.
Aider les ex-combattants à la réinsertion dans la vie civile via la formation, l’éducation, la mise à disposition d’outils et moyens de production ainsi que l’assistance à la création d’activités génératrices de revenus.
Mener des actions de sensibilisation et apporter une aide multidimensionnelle aux communautés les plus touchées afin de faciliter la réintégration des ex-combattants.

Augustin Roger MOMOKANA