Le comité de pilotage (COPIL) du Projet MaGeTV du 4 décembre 2018 a dressé son bilan d’activités pour les quatre dernières années et présenté les perspectives pour 2019. Un bilan mitigé du fait de certaines pesanteurs bien identifiées.
Le COPIL présidé par le 2e Adjoint au maire de Dschang représentant le maire, président dudit comité, avait pour cadre la salle des fêtes de la Commune de Dschang. Le préfet de la Menoua y était représenté par le Chef Service du développement local à la préfecture, Dongmo Innocent, l’Union Européenne par Fernandez Osuna Juan Bautista et Tchoumen Melanie.
De nombreuses difficultés ont été relevées qui empêchent au projet d’atteindre ses objectifs en matière de compostage. Parmi les difficultés, le ravitaillement irrégulier des plateformes de compostage en déchets, à savoir la plateforme de Ngui et celle de Siteu.
« Rendu à la quatrième année du projet, l’on a pu se rendre compte au cours de ce COPIL que les activités prévues ont été réalisées à 100%, mais cependant le taux de réalisation des activités liées à la production et au traitement des déchets reste assez bas. Raison pour laquelle nous avons sollicité, auprès de l’Union Européenne, un avenant pour l’année 2019 » Barthélémy Ndongson Lékané est le Directeur de l’AMGED,
Cette récrimination soutient la demande de l’AMGED d’obtenir de la municipalité la délégation de la collecte de tous les déchets de la ville. Pour comprendre la situation, 2817,44 tonnes de déchets ont été traités en 2018, pour 402,2 tonnes de compost. La prévision pour 2019 est le traitement de 6000 tonnes de déchets en vue de produire 600 tonnes de compost. A condition que l’approvisionnement en déchets des deux plateformes soit régulier.
La mairie de Dschang n’assure plus de manière permanente la collecte des déchets, fautes de moyens financières. Il arrive que les camions de ramassage soient garés pendant plusieurs jours faute de carburant.
Malgré ses difficultés, le projet MaGeTV (Projet Maitrise de la gestion, du traitement et de la valorisation des déchets de la ville de Dschang) dont la mission arrive à son terme en fin 2019 et dont les activités seront reprises par l’AMGED est serein quant à l’avenir. Deux arguments justifient cette attitude :
L’autonomie sollicitée par l’AMGED si elle est accordée permettra une meilleure organisation du ramassage des déchets et un approvisionnement efficient et permanent des plateformes de Siteu et Ngui d’une part, de même que la mise en syndicat des communes du département de la Menoua (SYCOME) permettra l’extension des activités à l’ensemble des municipalités et l’accès à certains guichets de financement de la gestion des déchets.
« L’AMGED qui va reprendre les activités du projet entend promouvoir le développement de l’agriculture biologique qui est cette activité qui va non seulement consommer le compost, mais permettre de préserver la santé à travers une production alimentaire saine. Donc en termes de perspective il s’agit d’évoluer de manière à atteindre les chiffres fixés et de mobiliser de nouveaux financements pour pérenniser d’autres pôles de notre activités qui ne sont pas encore stables », Barthélémy Ndongson Lékané.
Le projet MaGeTV s’inscrit dans le sillage du programme Acteurs non étatiques et Autorités locales-Composante Cameroun 2013 de la Délégation de l’Union européenne au Cameroun.

Augustin Roger MOMOKANA