La position du Cameroun est claire : il n’y aura pas d’appel contre décision la CAF (Confédération africaine de football) devant le TAS (Tribunal arbitral du sport). Telle est la principale résolution du Comité exécutif de la CAN réuni vendredi dernier à Accra, Ghana.

Le Comité National de Préparation des CAN 2016 et 2019 (COMIP-CAN) de la CAN tenue à Yaoundé mercredi 5 décembre 2018 sous la présidence du Premier ministre Chef du gouvernement Philemon Yang.

Autour du Premier Ministre, de nombreux membres du gouvernement et maîtres d’ouvrages concernés par le cahier des charges de la CAF (Travaux Publics, Développement Urbain et Habiat, Transports, Finance, Économie, PTT, Tourisme & Loisirs, Arts et Culture, Communication, Affaires foncières, Santé Publique, Défense, Police, Marchés Publics, etc.) et de quelques personnalités de la société civile et du secteur privé.

« L’exposé lucide et sans complaisance fait par le MINSEP à cette occasion a permis à tous de se rendre à l’évidence suivante: même si la CAF n’est pas exempt de tout reproche dans cette affaire, l’essentiel des motifs ou des causes du retrait de la compétition au Cameroun relèvent de nos propres manquements et dysfonctionnements. L’ampleur du travail restant à faire et le niveau d’avancement des travaux n’étaient pas de nature à lever substantiellement les doutes de la CAF. »

Non seulement le gouvernement est pleinement conscient de l’objectivité de la décision de la CAF, mais surtout il se réjouit de l’opportunité que celle dernière lui offre d’organiser la CAN 2021 en lieu et place de la Côte d’Ivoire repoussée à 2023.

Selon Ahmad Ahmad, « Pour arranger les choses de manières humaines, on s’est dit, allons décalons toutes les CAN… On organise la CAN au Cameroun en 2021 et en 2023 on organise la CAN en Côte d’Ivoire. C’est la décision prise par le Comité exécutif ».

Selon Daniel Claude Abate 3 importantes résolutions sont sorties de cette réunion:

1. Le MINFI a fait une proposition qui a été adoptée à savoir qu’on fasse d’abord l’inventaire de tous les chantiers et prestations en cours pour savoir lesquels relèvent directement et expressément du cahier des charges car selon lui il constate qu’on lui demande de payer des choses qui ne sont pas exigées dans le cahier des charges de la CAF et qu’on s’est engagé sur des travaux qui n’étaient pas demandées ni nécessaires. Toutes choses qui ont alourdi la tâche et mis une pression énorme sur nos ressources. Il a pris l’exemple du financement des autoroutes et de la demande d’achat de nouveaux avions pour CamerCo ou de nouvelles locomotives à la CAMRAIL ou encore la construction de 8 hôpitaux de référence, etc. Tout ceci au nom de la CAN.

2. On va continuer les chantiers exigés par le CC de la CAF pour les achever à temps à savoir fin mars 2019.
En outre Le Cameroun va officiellement engager les démarches pour accepter l’offre de report à 2021 et travailler avec la CAF dans ce sens.

3. Surseoir à toute communication officielle visant à incriminer la CAF ou son Président. Le Premier Ministre a prescrit l’apaisement avec la CAF car ns ne pouvons pas travailler ensemble pour la CAN 2021 et être adversaires dans les tribunaux ou se regarder en chiens de faïence par une communication contre productive.

Augustin Roger MOMOKANA