Ardo Aïcha, était son nom. Mais dans le département de la Menoua elle était plus connue sous l’appellation Ma’a Lekouet. C’est qu’elle avait choisit de s’installer sur un des sommets les plus imposants du territoire Foréké-Dschang.

Ardo Aïcha était partie de Nzinpouet pour venir s’installer à Fem Litagli, dans le groupement Foréké-Dschang. Depuis elle a créé un hameau d’une dizaine de cases habitées par sa famille.

Son fils unique, Gargari a eu de nombreux enfants qui à leur tour « remplissent »en ce moment le hameau d’enfants qui demain feront autant.

Prière pour le repos éternel de l’âme de Ma’a Lekouet

Ardo Aïcha est décédée lundi 10 décembre à l’hôpital des sœurs de Batsing’la, des suites de maladie. Elle devait être âgée de 93 ans, selon Fomezeh le Serki Aminou de Foto. Ce dernier est une personnalité musulmane très écoutée dans le département de la Menoua.
Ma’a Lekouet ou encore ardo Aïcha était le chef de la communauté bororo dans le groupement Foréké-Dschang. A ce titre elle avait sa place parmi les sous-chefs du groupement.

Ma’a Lekouet est réputée grande éleveur de vaches. A ce titre elle a reçu plusieurs distinctions honorifiques de l’Etat du Cameroun dont la médaille du mérite agricole. Fait extraordinaire, elle avait pu faire venir chez elle le ministre de l’Elevage Hamadjoda Adjoudji. Pour que cet invité de marque arrive au sommet, elle a fait appel au caterpillar pour ouvrir la route sur plus d’un kilomètre.

Dimanche dernier, le hameau grouillait de monde : les bororos venus des quatre coins du département, les bamilékés du voisinage dont le chef du village Litagli, dans le groupement Foto et quelques dignitaires Foréké-Dschang.

Accueil du chef du village Litagli dans la cour de Ma’a Lekouet.

Selon des informations glanées sur place, les « obsèques officiels » auront lieu le 30 décembre, présidées par Sa Majesté Djoumessi III Wamba Mathias, chef supérieur du groupement Foréké-Dschang.

Augustin Roger MOMOKANA