La communauté Mbo était en fête la semaine dernière, à l’occasion de son premier rendez-vous culture annuel baptisé ALANGA MBO SAN NZO édition. Un nouvel événement culturel qui vient enrichir la carte des manifestations culturelles dans le département de la Menoua.

L’un des grands moments de cette première édition du festival Mbo a été le carnaval. Ce fut l’occasion pour les une et les autres, grands et jeunes, femmes et hommes, de s’éclater comme jamais auparavant, sous les aires d’une musique distillée par une fanfare.

Les Mbo de la Menoua se revendiquent du grand peuple de l’eau. Ainsi au cours du carnaval ils présentaient, en plus de leur tenue traditionnelle fait de pagne et chemise, la pirogue, la pagaie, les filets, etc.

Ce festival, à travers le carnaval, a permis aux Mbo de renvoyer un signal à l’administration qui ne s’est toujours pas prononcée définitivement sur le litige de compétence territoriale qui oppose la commune de Santchou à celle de Dschang, à propos du village Nteingue. Les carnavaliers sont partis du centre ville au pied de la falaise, lieu qu’ils reconnaissent comme limite entre les deux territoires communaux.

A propos du village Nteingue, le groupement Foréké-Dschang le revendique comme une sous-chefferie. Au plan administratif, c’est l’inspection d’arrondissement de Dschang qui y envoie les maîtres pour l’école primaire. L’infirmier chef du centre de santé intégré est envoyé par le district de santé de Dschang. Pourtant du côté de Santchou, l’on continue de revendiquer son appartenance administrative.

La dernière mission du ministère de l’administration territoriale et de la décentralisation sur le terrain, en vue du règlement définitif du conflit, remonte à 2016.Depuis les parties attendent encore les conclusions.

Augustin Roger MOMOKANA