L’une des retombées de la visite d’Etat du président Paul Biya en Italie, Mars 2017, est le projet ENTER (Energies renouvelables et technologies appropriées pour l’accès à l’eau potable en zone rurale).

Sous financement de l’Agence Italienne pour la Coopération (Agenzia Italianna per la cooperazione Allo SVILUPPO) trois communes de la région de l’Ouest Cameroun : Dschang (Menoua), Batcham (Bamboutos), et Foumbot (Noun) bénéficient de 2 milliards francs CFA pour améliorer l’accès à l’eau potable dans leur territoire.

Ceci en vue de « Contribuer à l’amélioration de la qualité de vie et de la santé publique dans la région de l’Ouest en facilitant l’accès à l’eau potable et aux énergies renouvelables ».

Concrètement, il s’agit de « Renforcer les compétences en gestion des ressources naturelles et accroître l’utilisation des technologies appropriées dans 20 villages pilotes sélectionnés parmi les municipalités de Batcham, Dschang et Foumbot ».

Pour la commune de Batcham, « on dirait que c’est une manne qui tombe du ciel. Pour les populations de Batcham qui souffrent depuis quelques années des problèmes de maintenances des ouvrages hydrauliques. Nous croyons qu’avec ce grand projet, grâce à nos partenaires de développement local que sont l’université de Dschang et A.C.R.E.S.T. nous allons rentabiliser l’accès à l’eau potable dans la commune de Batcham », M. Tsakou.

La salle des Fêtes de la Commune de Dschang a servi de cadre mardi dernier au lancement du dit projet dont la durée d’exécution est de 3 ans. La cérémonie était présidée par Monsieur le gouverneur de la Région de l’Ouest représentée par Madame le Premier Adjoint préfectorale de la Menoua. Le préfet des Bamboutos, les maires de Dschang et Batcham étaient représentés.

Le projet ENTER mobilise, outre les communes bénéficiaires, des partenaires techniques et scientiques. L’A.C.R.E.S.T. (African Centre for Renewable Energy & Sustainable Technology) basée à Bangang (Batcham), et l’Université de Dschang (travers la Faculté d’Agronomie et des Sciences Agricoles, et la Faculté de Médecine et des Sciences Pharmaceutiques).

« On va davantage fait appel à ce que nous appelons université municipale. L’université va nous aider dans la recherche du système de potabilisation, va former les acteurs de terrain avant qu’on ne fasse des réalisations concrètes », professeur Temgoua Emile.

De nombreuses retombées sont attendues au terme de la réalisation du projet : 110 personnes bénéficient d’amélioration des compétences techniques et managériales, 20 villages équipés de systèmes d’eau gérés de manière efficace, participative et durable, 20 systèmes d’adduction réhabilité ou construit avec des énergies renouvelables. Par ailleurs, 20 000 personnes ont accès à l’eau potable dont 3’000 élèves sensibilisés.

Le pilotage est assuré par Matteo Saraceno, représentant de ARCS Culture Solidali au Cameroun. La direction technique a été confiée à Michele Pagano.

Augustin Roger MOMOKANA