Lundi était jour de rentrée scolaire pour le compte du 2e trimestre au Cameroun. Après deux semaines de congés ponctués par la Fête de la Nativité et celle de l’An, la communauté éducative Lycée Classique de Dschang, le doyen des lycées dans le département de la Menoua, s’est retrouvée lundi 7 janvier, autour de son chef et principal animateur, le proviseur ATEM NDE Jean Claude.

Tout le monde, excepté les retardataires, a assisté à la grande rencontre qui donne le las entre d’une par les enseignants et d’autre part les élèves. Moment de grande attention, moment de message utile et de remise en confiance pour renouer avec les classes. Les uns et les autres ont ainsi scellé un nouveau pacte de confiance pour les trois prochains mois.

Le second trimestre, plus que le premier et le troisième, est l’étape la plus déterminante pour l’élève. Soit l’élève redouble d’efforts pour se placer à la hauteur des objectifs personnels et communautaires, soit il fléchit pour sombrer dans l’abysse de l’échec.

un gigantesque rassemblement

Ainsi, pour l’enseignant, l’élève n’a pas à perdre du temps sur le trimestre passé, ce qui importe c’est l’avenir, les défis en face. Il s’agit d’un théorème. Et, d’ailleurs, le proviseur ATEM NDE Jean Claude ne passe pas par quatre chemins pour le faire savoir.

« Le train du Deuxième trimestre c’est le train de tous les espoirs, mais aussi de tous les dangers. Chers amis élèves, futurs dirigeants de ce pays, votre destin certes se retrouve dans nos mains aujourd’hui- parce que nous avons la charge de vous mouler- mais ce destin vous l’avez aussi dans vos mains, dans votre volonté de réussir », a-t-il déclaré.

Surfant sur le règlement intérieur, le proviseur a appelé les élèves à plus de discipline, au travail et surtout à booster leur volonté de réussir. Pour ce faire, de nombreux sacrifices doivent être faits, notamment la ponctualité, l’assiduité, la participation et le travail. Il ne sert à rien de passer son temps à se pavaner dans la cour, aux heures de cours. Le proviseur ATEM NDE Jean Claude est bien conscient que réussir nécessite un sacrifice et il l’a rappelé à son auditoire.

Il faut aussi vous sacrifier en restant en classe pendant huit heures. Il faut aussi vous sacrifier à apprendre vos leçons car, à la fin leur a-t-il dit, « vous deviendrez de grands hommes et de grandes femmes. Vous aurez oublié tous ces sacrifices. »

Par ailleurs, Monsieur le Proviseur a appelé les élèves qui ont des « problèmes spécifiques » à se rapprocher de l’administration, des enseignants, des conseillers d’orientation et selon le cas. « Nous sommes là pour vous, nous sommes vos serviteurs ».

Si certains élèves dénoncent le manque d’écoute chez certains enseignants, cela ne saurait justifier leur lassitude et leur découragement. Pour Madame DAOUDA, Conseiller d’Orientation Scolaire, il faut insister, il faut au besoin nuire ces enseignants d’un autre genre, afin qu’enfin ils aient une oreille attentive aux problèmes de leurs élèves. « J’ai fait un certain interrogatoire dans les salles de classe. Il y en qui disent que les enseignants ne sont pas à leur écoute. Nuisez-l) ! C’est pour vous qu’ils sont là. Ils doivent être à votre disposition », a-t-elle martelé aux élèves.

Il y en qui disent que les enseignants ne sont pas à leur écoute

Précisons que le meeting de ce lundi matin, où quelques cadres du lycée ont précédé Monsieur le Proviseur au micro, est le tout premier de rentrée organisé par ce dernier en poste depuis septembre 2018 seulement. ATEM NDE Jean Claude a été installé comme proviseur du lycée classique de Dschang le 19 septembre 2018 par le monsieur le délégué départemental des Enseignements secondaire KENFACK Laurent, en remplacement de madame MEZAZEM Madeleine admise à faire valoir ses droits à la retraite.

Lire aussi Lycée Classique de Dschang : Bonne retraite madame le proviseur, bienvenue monsieur le proviseur.

Augustin Roger MOMOKANA