L’événement se déroule dans un contexte trouble. Où certains responsables politiques Rdpc du département des Bamboutos sont en dissidence contre le ministre.

Il est 6 h ce matin du 5 janvier 2018. Sur la principale artère du centre ville de Mbouda dans le département des Bamboutos, le président de la section Rdpc du centre (I) à Mbouda, Lucas Tsotchoua et celui de la section Ojrdpc de la même circonscription politique, Jean Claude Tatissong sont à la tête d’une caravane constituée des moto taximen, militants et sympathisants du Rdpc. Dans un concert de klaxon, les participants au convoi du jour, surexcités, chantent des hymnes à l’intention du président de la République. Toute chose qui n’est pas feinte de la part des manifestants qui ont tenu à faire savoir à destination Paul Biya leurs soulagements par rapport au maintien du ministre des travaux publics, Emmanuel Nganou Djoumessi, fils du terroir, à son poste.

Dans le cadre du réaménagement ministériel orchestré par ses soins en date du 4 janvier dernier. Aux dires de Jean Claude Tatissong, la joie des populations, aussi, s’imbrique dans leur espoir maintes fois réaffirmés de voir continuer : les travaux de désenclavement du bassin agricole de l’Ouest et le renforcement de la voirie urbaine en vue de l’organisation de la Coupe d’Afrique des nations (Can).
Pour placer d’avantage à un haut niveau les objectifs louables que le ministre s’est assigné pour la promotion de sa localité.

Signalons que par rapport aux travaux de désenclavement du bassin agricole de l’Ouest, pour l’heure, l’entreprise soumissionnaire du marché, Eser, est sur la brèche à Mbouda sur l’axe « Stade de football-tribune. »

Selon une source autorisée de la délégation régionale des travaux publics à Bafoussam, elle prépare la pose de la couche de fondation en latérite. « Cette couche de base en 0/31,5 doit être posée parce que c’est elle qui doit supporter le bitume. Dès que l’on pose celle-ci, elle subit une imprégnation et un ensablement ; ce qui permet de stabiliser la poussière et les pénétrations d’eau. En attendant la pose du bitume, l’on peut dès lors circuler dessus pendant des mois sans qu’elle se désagrège, » explique-t-elle.

De sources, il faudrait comprendre que, le ministre dont les actes et hauts faits marquent les esprits et s’imposent à toute la conscience locale, a réussi à installer une relation osmotique entre lui et les populations, une complicité et une habileté manœuvrière. Qui contribueraient à faire de sa localité un bastion de son parti. Cette situation est d’autant plus expressive que cette caravane s’est faite après le « Grand meeting de remerciements des populations des Bamboutos pour leurs votes massifs en faveur du président Paul Biya à la présidentielle du 7 octobre 2018, du compte rendu parlementaire, de la présentation du nouveau sénateur et de la remise solennelle des bourses de l’honorable David Manfouo, 13ème édition, » qui s’est tenu en date du 22 décembre 2018 à Mbouda.

L’événement qui, en son temps, se déroule en présence du gouverneur de la région du Nord-Ouest, fils du terroir, a mobilisé toute la crème politique Rdpc du département. Toute fois, le ministre des travaux publics et président de la commission départementale de coordination de la campagne électorale du Rdpc pour cette élection dans les Bamboutos était aux abonnés absents !

Positionnement

Selon de sources bien introduites dans le parti des flammes, il s’était agi d’un meeting de la dissidence formée de personnes en mal de positionnement étant donné qu’il y avait en gestation plusieurs actes d’envergures chez le prince et qui se déclinaient en termes de remaniement du gouvernement et d’accession à certains postes de responsabilité. Ces coquins calculateurs en leur temps avaient misé sur des subterfuges pour ne pas associer à l’organisation de cette rencontre à controverse leur responsable politique local en la personne du ministre. Aux rangs des subterfuges, figurerait, « sa compromission qui paraissait établie dans des multiples détournements massifs financiers relayés avec perfidie par les médias et abondamment commentés et déplorés sur la toile.»
Toute chose qui ne pouvait pas militer en faveur de l’entrée du ministre dans les grâces du nouveau gouvernement.

Adoubement du ministre

Il faut relever qu’au cours de ce meeting, dans tous les discours et interventions, à aucun moment, le nom du ministre n’a été évoqué. Par ailleurs, aucune prise de parole n’a été faite pour excuser son absence. « Il s’est agi là d’une situation pour le moins trouble pour nous les militants ainsi que les responsables à la base quand l’on sait combien cet homme qui constitue le maillon principal de la chaine, s’est démené par des mobilisations tous azimuts des moyens financiers et humains. Pour parvenir au résultat que l’on connait, » se désole, Saha Nobosse Barnabé, président d’une sous section Rdpc de la circonscription électorale de Bamboutos centre (I) à Mbouda. Passons.

Un observateur de la scène politique dans le département des Bamboutos pense que les promoteurs de cette gigantesque farce, aujourd’hui, doivent être dans « leurs petits souliers » lorsqu’ils se rendent à l’évidence que le complot n’a pas donné les effets escomptés. Et peut-être même à plutôt procurer l’effet contraire de ce qu’ils auraient attendu avec la consolidation ou l’adoubement du ministre à son poste. Il n’est pas exclu que, désormais, les militants favorables au ministre et ceux propices aux organisateurs du meeting à controverse se regardent en chiens de faïence.

Filbert AZAP NDONGO à Mbouda