« We want peace. We not want any other thing. We want to go back on our houses. »

Sous le label « Journée du vivre ensemble dans la ville de Dschang», le PIPAD (Projet Intégré pour la Promotion de l’auto développement) a mobilisé, mardi 29 janvier 2019, à la Place des fêtes de Dschang, les déplacés des régions anglophones et le reste de la population.
Selon l’organisateur, plus de 500 personnes dont 300 déplacés des régions anglophones ont été pris part à la 1ère Journée du Vivre Ensemble dans la ville de Dschang.

« Cette action va être une aide immédiate, mais inscrite dans une développement durable. L’aide immédiate c’est le bon cœur de la Menoua, de tous les Camerounais qui ont voulu donner un kit.
S’agissant de l’aspect durable, pendant qu’elles sont ici on peut les inscrire pour des formations en agriculture, élevage, etc. Sans oublier que nous pourrions les accompagner à se réinstaller chez eux une fois la paix revenue »
, explique Docteur Martin Sanou Sobzé.
L’événement organisé par le PIPAD était parrainé par le sénateur professeur Fomethe Anaclet, et présidé par le préfet du département de la Menoua.

«Il s’agit de la Journée du vivre ensemble. La Menoua est un département qui est tampon le plus voisin du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. Et qui est tampon de ce point de vue en ce qui concerne la crise anglophone. En plus, notre cité a une histoire, une habitude de l’hospitalité. La raison d’être Camerounais c’est de se sentir solidaires les uns des autres. Cette journée traduit notre volonté de paix absolue », a relevé le sénateur pour justifier son implication dans l’organisation de cette manifestation.

Contrairement aux autres manifestations de même nature dont seules les denrées alimentaires de grande consommation et le matériel de couchage sont distribués, l’événement a eu pour particularité la grande campagne de dépistage du VIH/SIDA, de l’hépatite, du diabète et de l’hypertension artérielle. Les cas décelés ont été « pris en charge ».

Pour conduire cette activité neuf médecins inscrits en Master santé publique, et de nombreux étudiants de la Faculté de médecine et des sciences pharmaceutiques de l’université de Dschang ont été mobilisés.

Plusieurs partenaires ont accompagné le PIPAD dans l’accomplissement de son projet dont la Mairie de Dschang, l’Alliance franco-camerounaise de Dschang, Mingha Africa, la Fondation Kana, et le RAFFEDEM.

« Parmi mes populations il y en a qui depuis qu’ils ont quitté le chez eux ne sont jamais allés dans un hôpital malgré leur état de santé incertain. Aujourd’hui ces personnes ont saisi la main tendue du PIPAD. Elles sont entrain de se faire consulter afin de connaître leur bilan de santé en ce qui concerne les maladies comme le diabète, la tension, l’hépatite virale et le vih/sida. C’est ça le vivre ensemble dont on parle », s’est félicité Sa Majesté Fouelefack Fongang Christ Berkis.

Sa Majesté Fouelefack Fongang Christ Berkis est le chef supérieur du groupement Fossong Ellelem. Son palais a été incendié par les sécessionnistes de l’Ambazonie. Les chefs des villages Batseng’la et Toula Dizong ont pris part à la cérémonie.

« Nous voulons marquer notre satisfaction et encourager le promoteur du PIPAD ainsi que tous les donateurs qui ont bien voulu faire un geste à ces populations qui sont ici dans notre ressort de commandement. Nous en appelons d’autres pour que nos frères se sentent véritablement assistés et encadrés ici sur place » : le Premier Adjoint Préfectoral, Betanga Jean Collins.

Augustin Roger MOMOKANA