La “marche blanche” organisée vendredi 26 janvier par le MRC (Mouvement pour la Renaissance du Cameroun) s’est soldée par des nombreuses arrestations parmi les manifestants. On parle de plus de 200 personnes détenues. Parmi ces personnes de nombreux enseignants du secondaire et du supérieur.

Le Prof. Maurice Kamto (Université de Yaoundé II), Dr Christian Fouelefack (Université de Dschang), M. Alain Bonheur Tchouafa (Lycée Bilingue de Dschang), Prof. Alain Fogue (Université de Yaoundé II) sont détenus depuis le 26 janvier par la police.

La police envoyée par le gouvernement pour réprimer la « manifestation illégale » a fait usage des armes pour blesser des manifestants pendant la marche, et avant de procéder à des nombreuses arrestations.

A Yaoundé, Douala, Bafoussam, Bangangté et Dschang, de nombreux enseignants ont été interpellés et conduits nuitamment à Yaoundé où ils sont toujours détenus pour des raisons d’enquêtes.

Cameroun : Savez-vous ce que les gens-là reprochent à Maurice Kamto ?

Selon des sources concordantes, ces militants du MRC seraient coupables de plusieurs chefs d’accusation dont les plus saillants sont « rébellion en groupe, incitation à l’insurrection, hostilité contre la patrie, attroupement, association de malfaiteurs, trouble à l’ordre public. »

Pendant ce temps, leurs étudiants et élèves attendent toujours la décision de la « justice ». A quelle sauce seront-ils mangés ?
Rappelons que le même jour, des Camerounais avaient pris d’assaut les locaux de l’ambassade du Cameroun à Paris qu’ils ont mis à sac. Un acte de vandalisme que le gouvernement voudrait faire endosser par Maurice Kamto et le MRC.

Augustin Roger MOMOKANA