Dans son discours du 10 février à la jeunesse, à l’occasion de la fête de la jeunesse, Paul Biya n’a pas failli. Il a annoncé la création de 500 000 emplois en 2019.

« En 2019, il est prévu de créer au moins 500 mille emplois. Le gouvernement poursuivra l’opérationnalisation d’un dispositif de gestion prévisionnelle des emplois. »

500 000 emplois, un chiffre qui pousse à la réflexion. Quel secteur de l’économie ou de l’administration peut-il offrir une telle possibilité ?

Au Cameroun, depuis de nombreuses années, le secteur qui a le vent en poupe sont ceux du transport par moto taxi, et de l’armée.
« Il vous faudra mettre en œuvre nos grands projets de révolution agricole, d’industrialisation et d’infrastructures, sans oublier ceux qui concernent le domaine social, comme l’éducation, la santé et l’habitat. »

Au lieu d’inviter et d’encourager, par la mise sur pied des mesures effectives d’accompagnement, les jeunes à s’auto-employer, le président de la république les enfume avec son projet de « 500 000 emplois ».

53ème Edition de la fête de la Jeunesse : Message du Chef de l’Etat: Un bassin de rêves et de promesses à une jeunesse angoissée pour son avenir.

Dans tous les cas, la promesse du président Paul Biya tient à ce que la jeunesse du Cameroun aspire « au changement » et désire « de participer davantage aux décisions » qui engagent son avenir.

Augustin Roger MOMOKANA