Ma personne,

Il faudra assassiner ENEO pour devenir un pays émergent à l’horizon 2050.

Que faut-il au Cameroun pour devenir émergent ? Mon ami Joël qui est opérateur économique dans la ville de D. m’a dit qu’il ne comprend pas comment les gens de l’opposition disent que l’émergence du Cameroun à l’horizon 2035 est une vue de l’esprit.

Ma personne, je me fais le devoir de te répondre. Comme promis. Nous n’allons pas chercher dans les théories économiques ou politiciennes. Ce ne sont pas mes champs de compétences. Ce sont des choses compliquées pour nous qui ne demandons que le concret. Nous allons chercher ça dans notre vécu quotidien.

Un pays émergent est un pays où chaque habitant mange bien, se soigne quand il est dans le besoin, envoie ses enfants à l’école sans trop de tracasseries. Ce n’est pas un pays comme les Etats-Unis ou la France. Il s’agit plutôt d’un pays comme le Maroc, comme la Tunisie, comme le Ghana et le Rwanda.

Comme tu vois, pour que le Cameroun devienne émergent le Camerounais doit avoir un travail, peu importe qu’il soit employé ou auto employé ; il doit se sentir épanoui dans ce travail, et il participer par ce fait à l’émergence du Cameroun.

Prenons l’hypothèse de l’Etat providence. Le gouvernement peu-t-il continuer à offrir des emplois à tous les camerounais ? Non. Ce n’est pas possible. L’Etat lui-même fonctionne dans la tricherie. Si ceux qui nous gouvernent étaient objectifs et justes, ils auraient depuis réduit la taille du gouvernement, réduit le train de vie de l’Etat, encouragé et facilité l’entreprenariat privé pour permettre la construction d’un secteur privé accélérateur de la croissance et du développement effectif du Cameroun.

Prends par contre l’hypothèse l’initiative privée. Il s’agit pour l’Etat de dire, comme je ne peux plus vous trouver du travail, voilà les moyens que je mets à votre disposition pour vous épanouir et contribuer au développement du Cameroun.

Dans ce cas ce qu’il nous faut c’est :

Un : de l’énergie. En l’état actuel de la situation, ENEO qui est chargé de la distribution de l’énergie électrique au Cameroun est une catastrophe. Dans un pays avec un si grand potentiel, comment expliquer le délestage récurrent? Comment comprendre que les barrages sont construits dans des localités dont les potentiels hydrauliques (Barrages hydroélectrique de Memve’ele, Nachtigal, Lom Pangar, Mekin, Bini à Warak) réunis n’équivalent pas à ce que nous auraient apporté un barrage sur la chute de la Menchum ? ENEO t’étrangle si tu ne règle pas ta quittance dans le délai. Paradoxalement ENEO ne s’excuse même pas lorsque tu subis les affres de ses délestages. Il faut assassiner ENEO.

Deux : Facilités d’investissement. Les impôts sont comme un assassin pour le potentiel investisseur. Non seulement la volonté de faciliter l’investissement n’est pas une réalité, mais le personnel déployé au finance est un vrai prédateur. Ces gars sont d’une cupidité indescriptible et légendaire. C’est comme si on a créé les impôts pour leur permettre de remplir leurs poches. Je me souviens qu’un jour, au nom du redressement fiscal, ils avaient demandé à un étudiant qui se battait pour mettre en place une unité artisanale de fabrication de savon de leur verser plus de 50 millions FCFA. Qu’est-ce que l’étudiant a fait ? Il a fermé et a quitté Dschang. Son savon devenait populaire et ils l’ont tué.
Non seulement tu ne peux pas oser en toute sérénité, mais aussi tu n’as accès à aucun crédit pour faire développer ton affaire.

Trois : la justice sociale. Dans ce Cameroun qui appartient à tous les camerounais tu ne peux pas te fonder sur la loi ou la justice pour t’investir. Tu auras honte. Les uns-les gens d’en haut- sont tellement imbus de leurs pouvoir que les autres-les gens d’en bas- sont des cibles à écraser au moindre contact. Je ne sais pas qui peut se fonder sur le principe de l’égalité des droits pour agir en toute volonté. Tu en connais ? Lorsque Fotso Victor dis que la panthère ne peux pas arracher la proie aux lions, il est clair. Parce que même si d’apparence les lois sont objectives, ceux qui sont chargés de le gérer en font un très mauvais usage. Je me souviens qu’une fille avait volé le téléphone dans un commerce. La camera de surveillance l’avait bien identifié. On l’a interpellée. On l’a conduit au commissariat. Curieusement, le lendemain, lorsque le commerçant plaignant s’est présenté, on lui a fait savoir qu’elle a été libérée. O n’avait aucune explication à lui donner à ce propos. Meurtri et résigné le commerçant est retourné chez lui. Lorsque les gens lui ont conseillé de saisi le procureur de la république, un fonctionnaire lui a conseillé d’abandonner parce que devant il saignera sans résultat.

En conclusion, pour que le Cameroun soit émergent à l’horizon 2050, il faut de l’énergie, il faut des facilités concrètes pour l’investisseur, il faut la justice sociale. Si tout cela est réuni, on va être tous content. Le reste c’est du blablabla.
Il faut que les gens d’en haut-là lavent leur cœur. Il faut qu’ils apprennent à aimer le Cameroun. Un pays ne peut pas devenir émergent avec des enfants sangsues.
O Cameroun, berceau de nos ancêtres.

Momokana