Les brasseurs camerounais réunis au sein de la Cameroon Alcohol Producers Association (CAPA) qui était en conclave mardi 12 mars avec le Ministère du Commerce ont finalement fait plier le gouvernement.

La concertation entre le ministère du Commerce, les sociétés brassicoles, les syndicats des exploitants des débits des boissons, les associations de protection des droits des consommateurs a débouché sur l’adopte du barème récemment proposé par les sociétés brassicoles en application de la Loi des Finances 2019.

« A l’issue des travaux lesdits barèmes ont été validés et consacrent une augmentation variant de 0 à 50 FCFA maximum par bouteille », indique le communiqué de presse cosigné par les parties prenantes, excepté le représentant du gouvernement.

Le communiqué de presse précise que, « ces nouvelles grilles de prix feront l’objet d’un affichage dans tous les points de vente à travers le territoire national. »

Depuis quelques semaines déjà, les prix des boissons avaient augmenté de 50 FCFA selon le cadre. Et lorsque le ministre du Commerce a appelé les entreprises à surseoir l’augmentation, pour vice de procédure. En effet, les distributeurs avaient étaient passés à l’augmentation des prix sans avoir au préalable informé les consommateurs.

Au sens de cette concertation les prix des boissons alcoolisées blondes (Castel, Mutzig, 33 Export, Amstel) passent de 600 FCFA à 650 FCFA pour la bouteille de 65cl ; tandis que Isembeck passe à 750 FCFA. Les canettes augmentent de 25 FCFA. Par contre les prix des jus ne changent pas, exceptés Orangina et Djino (+50 FCFA) et Vimto (+25FCFA).

Cette augmentation est consécutive à l’introduction, par la Loi de finances 2019, d’une modification à hauteur de 5,5% sur les droits d’accise, concernant les boissons alcoolisées.

Augustin Roger MOMOKANA