Ma personne,

Ce que je pense de l’avenir des Canal 2’Or n’est pas simple ?

Il ne faut plus tromper les gens. Il y a deux Cameroun dans ce pays : le Cameroun des Anglophones et le Cameroun des Francophones. Cela a été une évidence lors la cérémonie des Canal 2’Or Acte 12 samedi 9 mars 2019 au Palais des Congrès de Yaoundé.

Dieu fait des choses hein, dion. Je n’arrive pas à comprendre par quel miracle les organisateurs des Canal 2’Or ont pu avoir l’idée de mêler les Anglophones à la fête. Ça avait toujours été la chasse gardée de certains. Et puisque les données ont désormais évolué-ou changé s’il faut parler autrement- les éditions à venir feront plus de mal aux médiocres.

Le jour tant attendu est enfin arrivé. Comme moi, les Camerounais ont découvert que les Francophones c’est un monde à part, idem pour les Anglophones. C’est cela en tout. Dans la vision du Cameroun. Dans leur marche vers l’émergence. Ces gars sont comme une colonne de fourmis magnants. Pour la faire plier il faut la décimer, ou la voir briser ses obstacles pour atteindre son objectif.

Deux actes ont particulièrement attiré mon attention au cours de la cérémonie des Canal 2’Or 2019. Deux belles leçons de cette fête de la musique et du cinéma que j’aimerais partager avec vous.

Un : l’étendu du lien de solidarité qui lie les artistes anglophones. Quelle solidarité ! Chez eux c’est un pour tous, tous pour un. On invite Dr Nkeng Stephens à monter sur la scène pour recevoir son trophée de Meilleur réalisateur de vidéogramme. C’est tous les artistes que tu veux voir ? Salatiel, Mister Leo, etc. Ce fut une véritable démonstration de force. Une marée d’artistes. La leçon : lorsqu’on se met ensemble, mes forces comblent tes faiblesses, et vice-versa. Par conséquence chacun progresse. La communauté progresse. Les retombées sont suffisamment visibles et quantifiables.

Deux : Un artiste humoriste anglophone, Senior Pastor est apparu aux yeux du public francophone, dominant dans la salle, tel un inconnu. Eh bien le gars a démontré que de ce côté, une fois de plus, nous avons encore du chemin à parcourir. Voilà un grand talent qui n’est pas connu des francophones. Je pourrai te demander tu connais alors ? Et ce disant, je crois rêver que les organisateurs de manifestations, tout comme les promoteurs événementiels devront élargir leur vue, se comporter comme des entraineurs de football. La leçon : si tu n’ouvres pas ta porte, tu ne sauras jamais qu’il fait jour. Il y a match chez les artistes. La compétition sera rude et ici on doit se remettre en cause. Je comprends pourquoi mon ami Etiendem Etiendem avait choisi de s’établir à Buea alors que son événement semblait avoir d’avenir à Dschang.

Voilà deux cas, si nous excluons le déséquilibre noté dans la composition de l’équipe de présentation de la soirée. Elle comprenait un Anglophone pour deux Francophones. Cela peut passer inaperçu. Mais il démontre à suffisance cet état d’esprit du Francophone vis-à-vis de l’Anglophone. Puisque les deux Francophones auront forcément plus de temps de parole, on pourra se retrouver avec une langue mise en minorité. Malheureusement la dame ne s’est pas laissée démonter. Elle a brillamment joué son rôle, anticipant même quelques fois sur la prise de parole.

Mais au-delà de ces deux considérations, il apparait que la responsabilité des Canal 2’Or est capitale dans la promotion du vivre ensemble indispensable au Cameroun. Cet événement, par son Acte 12 a démontré que nous pouvons compter sur lui pour cultiver et accélérer la fusion entre les artistes du Cameroun dont les destins sont liés à l’émergence d’une industrie culturelle nationale, notamment en matière de cinéma et de musique prioritairement. Que les gars et les gos ne donnent la main. L’appel a été lancé par la partie anglophone. Les Francophones, habités par l’égoïsme-à cause d’une peur d’être triché- frise le suicide.

On se met debout ou on continue à quatre pattes ?

Momokana