...
...
Responsive image

Santé: vous ne croyez pas que la mesure ministérielle concerne l’ensemble des Camerounais.

Suite aux multiples plaintes de patients séquestrés dans les hôpitaux publics à cause de leur incapacité à régler les factures des soins reçus, le ministre de la Santé publique vient de prendre une mesure forte, mais polémique.

« J’ai l’honneur de proscrire, pour compter de la date de signature de la présente lettre, la séquestration des patients indigents dans les formations sanitaires publiques», signe le ministre Manaouda Malachie dans une lettre en date du 21 mars 2019.

Si cette mesure ministérielle est saluée dans les couches sociales nécessiteuses, elle est susceptible de créer un chao dans l’hôpital public du Cameroun. Pour deux raisons :

La première raison c’est que tous les patients vont de déclarer indigents car, dans la lettre, aucun élément ne figure pour mesurer ou reconnaitre l’indigence d’un patient.

La deuxième raison c’est que les soignants pourront sauter sur l’occasion, par un arrangement avec certains malades, pour mettre à genoux leur hôpital.

Dans cette situation on est en droit de se demander qui est indigent ? Le salarié ? Le chômeur ? Les handicapés ? Les mineurs ? Les commis de l’Etat ? L’ensemble des Camerounais ? Etre indigent signifie …
Fort heureusement, la mesure du ministre Manaouda Malachie est provisoire, et sans doute transitoire. Dans la mesure où elle sera bientôt remplacée par les «solutions mieux adaptées et moins dégradantes » attendues des responsables des formations sanitaires. Ceci signifie que le rêve de la mise en place d’une couverture sanitaire a encore du chemin pour se concrétiser.

« Il m’a été donné de constater au cours de mes visites de terrain, que des patients sont retenus pour défaut de paiement total de leurs factures d’hospitalisation et de soins », a constaté Monsieur le ministre de la Santé publique.


Augustin Roger MOMOKANA