« Il y a des effets sensibles après les deux ans. Ce qui permet d’envisager un impact social quand nos entrepreneurs seront des millionnaires ».

Le coordonnateur du CATI²-UDs (Centre d’Appui à la Technologie, à l’innovation et à l’Incubation de l’Université de Dschang) est plutôt modeste. Au vu des résultats de la première cuvée de son centre.

En 2017, 18 entreprises ont été créées à l’issue du processus d’accompagnement par le CATI²-UDs. 13 d’entre elles fonctionnent parfaitement, tandis que 6 ont atteint le seuil de rentabilité qui leur permet de rembourser les fonds d’amorçage mis à leur disposition.

Pour 2018, 1227 idées de projets ont été reçues. Ce qui représente un taux de progression de 170% par rapport à 2017. 46 projets ont été retenus, soit 26 projets de plus par rapport à 2017. Ce sont au total 136 jeunes qui viennent de bénéficier de l’encadrement du centre.

En marges des Jeux Universitaires, CATI²-UDs a tenu son Start-Up Week Challenge 2019. Du 6 au 10 mai, les pensionnaires du centre ont mis la dernière main sur leur plan d’affaire, avant de se présenter jeudi 9 mai devant un jury.

Les projets relèvent de l’agroalimentaire, de technologie, et du phytosanitaire. Fabriquer la craie à base du plâtre, des coquilles d’œufs et des cornes de bœufs ; mettre à la disposition du public un vernis à base de la cire d’abeille et d’huile d’olive ; proposer un herbicide biologique à base 12 plantes ; mettre en place une unité de transformation de poulets de chair en saucisson ; mettre un graveur à la disposition des artisans pour faciliter l’inscription sur du bois, le fer, ou toute autre matière ; ou encore doter les handicapés d’un fauteuil roulant intelligent.

Le jury composé d’experts de l’université de Dschang, de partenaires que sont le ministère des Petites et moyennes entreprises, de l’économie sociale et de l’artisanat (MINPMEESA), le ministère de l’Industrie, des mines et du développement technologique (MINMIDT) et la Berlin School of Innovation a apprécié les candidatures sur la base 15 critères rassemblés en six catégories : la qualité du modèle d’affaires, la pertinence du projet ou l’étude de marché, la conception du produit, la stratégie commerciale, l’impact du projet et le porteur ou équipe du projet.

Ce travail a débouché ce 10 mai, sur la création d’entreprises auprès du RCCM de Bafoussam. Les meilleurs projets quant à eux seront distingués le 11 mai, lors de la cérémonie de clôture des Jeux Universitaires.

L’objectif du Centre d’Appui à la Technologie, à l’innovation et à l’Incubation de l’Université de Dschang est de transformer l’étudiant porteur d’idée en créateur de richesse. Cela se fait sur le tryptique : développement de l’esprit visionnaire et proactif, des capacités d’initiatives, et des aptitudes à prendre des risques.

Le CATI²-UDs ambitionne déjà de s’autonomiser. Il s’agit, explique le professeur Matin Tchamba, de mobiliser des ressources à travers le développement des partenariats nationaux et internationaux. Ceci pour deux raisons essentielles : répondre aux demandes de plus en plus importantes, et consolider son leadership africain. La présence du représentant de la Berlin School of Innovation s’inscrit dans cette démarche.

Le leadership national est éprouvé. Le CATI²-UDs a accompagné l’Université Catholique Saint Jérôme de Douala dans la mise en place de son incubateur d’entreprise. Tandis que « quatre des six projets distingués au dernier GETEC étaient présentés par l’Université de Dschang », a expliqué le professeur Joseph Keutcheu aux journalistes réunis le jeudi 9 mai en conférence de presse. Il est le coordonnateur des activités technologiques aux Jeux Universitaires Dschang 2019.

Augustin Roger MOMOKANA