A peine a-t-on entamé de célébrer la couveuse néonatale interactive made in Dschang, voilà que son promoteur cogite déjà sur l’hypothèse d’une gamme fonctionnant grâce à l’énergie solaire.

En plus de l’option prise pour épargner sa couveuse néonatale des dégâts pouvant survenir des baisses de tensions, elle réfléchit sur la possibilité d’une version solaire.

Précisément, « nous avons adapté notre couveuse aux fluctuations énergétiques de l’environnement camerounais. Les baisses de tension ne l’affectent pas ».

Mais cela n’empêche pas qu’à l’AUI « nous travaillons sur une version autonome qui fonctionnera au solaire. »

Selon Serge l’AUI, les spécificités de la couveuse néonatale interactive sont «poids léger; dispositif intégré pour la photothérapie, caisse de rangement des couches et vêtements du bébé en couveuse, capacité à s’adapter aux fluctuations de l’énergie électrique, fonction interactive qui permet au médecin de suivre le bébé à partir de son smartphone et aux équipes de l’AUI d’être alertées en cas de panne à partir d’une application installée dans leurs téléphones. Les spécificités de l’environnement camerounais et d’autres pays africains ont été pris en compte.»

L’Agence française de développement (AFD) organise chaque année un concours mondial de start-up baptisé AFD digital challenge qui a décerné, le 09 mai 2019 à Paris, à l’AUI, le prix du projet innovant pour les femmes en Afrique. Ledit prix, d’une valeur de 9millions francs CFA, a été remis au manager de l’agence par madame Marlène Schiappa, Secrétaire d’État chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes. C’était en présence de Rémi Rioux, DG de l’AFD.

L’AFD Digital Challenge a récompensé cinq entreprises mettant les innovations numériques au service des femmes africaines.

Augustin Roger MOMOKANA