Défilé de mode, Concours de beauté, streap tease, musique, etc. Les occasions ne manquent pas, dans le monde de l’art, où l’on découvre et admire la fraicheur et la beauté du corps nu de la femme.

Gabriel Badjeck fait partie de ces artistes de renommés africaine qui s’expriment avec leur corps. Je me souviens avoir assisté à un de ses spectacles où, pratiquement, elle entre en transe en sort avec des tableaux peints avec ses fesses nues.

Le spectateur n’a pas le temps de penser à autre chose que suivre, essayer de comprendre, la démarche de l’artiste. C’était trop d’imagination, un génie incomparable, et surtout une concentration extraordinaire avec à la clé quelques œuvres de bonne facture. L’artiste vend de son corps autrement.

Sélectionnée à participer à l’exposition organisée par la Banque Mondiale et avec comme Curateur Simon Njami, l’artiste performeuse Gabriella Badjeck a été interdite de présenter sa Performance hier 20 Juin au Musée National du Cameroun.

Gabriella Badjeck a été informée par le protocole du MINAC que sa Performance ne pouvait pas être vue par Monsieur le Ministre des Arts et de la Culture.

Christian Etongo dénonce: « ces “Officiels” ou “Autorités” sont souvent assis aux premières loges dans les concours de beauté où les filles se baladent gravement dénudées ». « Et si on censurait les danseuses vierges du Nord Cameroun, qui dansent les seins nus devant les autorités ? », lance-t-il a ces personnalités pour qui le corps de Gabriela Badjeck dégagerait une attirante irrésistible.

Augustin Roger MOMOKANA

Photo: Facebook Christian Etongo