Le leader emblématique de l’opposition équato-guinéenne, Severo-Matías Moto Nsa a demandé la libération de Brice Momo, militant du MRC interpellé et détenu à la prison centrale de Kondengui dans le cadre de la marche blanche du 26 janvier 2019.

Severo-Matías Moto Nsa, l’opposant historique au régime de Teodoro Obiang Nguema, a publié en faveur de son camarade une lettre sous le titre « On l’accuse d’être où il n’était pas ».

En effet Momo Brice Bienvenu a été interpellé à Bafoussam, dans l’Ouest du Pays le même jour que les autres marcheurs du MRC. Pourtant son nom figure dans la liste des personnes identifiées comment ayant participé à la casse de l’ambassade du Cameroun à Paris.
Selon l’homme politique équato-guinéen, Momo Brice Bienvenu figure parmi les gens qui ont participé au saccage de l’ambassade du Cameroun à Paris parce que les autorités camerounais croyaient qu’il résidait encore à Madrid, en Espagne où il a été pendant des années le Coordonateur en Europe du SDF (Social Demmocratic Front).

La lettre de Severo-Matías MOTO NSA

Le Parti du progrès de la Guinée équatoriale, en exile en Espagne, a appris avec une grande consternation l’arrestation de notre ami et camarade MOMO Brice Bienvenu, accusé d’avoir joué un rôle de premier plan dans l’attaque et le saccage de l’ambassade du Cameroun à Paris. Cela alors qu’il se trouvait au Cameroun.

Le dirigeant politique guinéen, Severo-Matías MOTO NSA, président du Parti du Progrès de la Guinée équatoriale, exilé en Espagne, exprime sa forte répulsion pour l’arrestation de celui qu’il appelle le « grand ami » Brice B. Momo.

Je suis très triste de savoir que mon ami Momo partage la triste réalité de payer, comme moi, son désir de liberté, avec la prison. Je souhaite profondément que notre ami Brice Bienvenu Momo soit libre dès que possible.
Il est de notoriété publique que dans l’Afrique dictatoriale où nous vivons, demander la liberté pour un prisonnier politique s’avère parfois nuisible, comme cela se produit par exemple dans mon pays, la Guinée équatoriale; dictature voisine de la dictature camerounaise.

Sinotables.com