La 32e édition de la Coupe d’Afrique des Nations se joue en Egypte. 24 équipes nationales de football prennent part depuis vendredi 21 juin à la 32e édition de la Coupe d’Afrique des Nations CAN TOTAL EGYPTE 2019 qui se poursuit jusqu’au 19 juillet. Ces équipes ont pour particularité de porter comme nom de baptême des surnoms tirés du registre de la faune africaine.

Pour quoi la faune, à l’opposé des équipes du vieux continent ou de l’Amérique qui tirent leurs surnoms de leur histoire ou tout simplement de leur drapeau. La FIFA (Fédération internationale de football association) apporte un élément de réponse à cette question.

Pour l’instant, en Afrique, seule l’Afrique du Sud s’est inscrit dans la dynamique occidentale. En baptisant son équipe nationale « Bafana Bafana », c’est-à-dire « garçons garçons ». Selon la Fifa, ce surnom vient d’un journaliste de Soweto, qui l’a trouvé en 1992. L’on pense qu’il servait de justificatif à la jeunesse de l’équipe, ou à la jeunesse de ses joueurs.

Voici les surnoms des 24 équipes qui compétissent pour le plus prestigieux trophée sportif du continent africain.

L’Afrique du Sud (les BafanaBafana), l’Egypte (les Pharaons), le Ghana (les Black Stars), le Kenya (les Etoiles de l’Harambee), la Mauritanie (les Mourabitounes), la Namibie (les Guerriers braves), la Tanzanie (les Etoiles du pays) et le Zimbabwe (les Guerriers), les Fennecs (Algérie), les Antilopes (Angola), les Ecureuils (Bénin), les Hirondelles (Burundi), les Eléphants (Côté d’Ivoire), les Lions Indomptables (Cameroun), le Syli national (la Guinée, car le syli signifie “éléphant” en langue soussou), les Lycaons (Guinée-Bissau), les Barea (Madagascar, barea signifiant “zébu” en dialecte local), les Aigles (Mali), les Lions de l’Atlas (Maroc), les Super Eagles (Nigeria), les Grues (Ouganda), les Léopards (RD Congo), les Lions de la Teranga (Sénégal) et les Aigles de Carthage (Tunisie).

« En Europe, les équipes nationales de football sont nées à une époque où les pays développaient leur identité et unité nationales, c’est pourquoi les couleurs sont si importantes. En Afrique, c’est davantage une symbolique rattachée à la nature qui dicte les surnoms des sélections », expliquait en 2010 à la Fifa le sociologue et chercheur français Patrick Mignon.

Le Bénin a engagé le processus de changement de la dénomination de son équipe nationale. Il veut passer de « Ecureuil » à autre chose. Mais le nouveau nom reste attendu.

Augustin Roger MOMOKANA