18 jeunes camerounais, candidats au concours d’entrée à l’IFORD lourdement sanctionnés par la justice pour fraude.

La sentence est lourde pour les 18 candidats reconnus coupables de fraude au concours d’entrée à l’Institut de formation et de recherches démographiques (IFORD).

« Ils avaient été pris en flagrant délit lors des épreuves écrites du 29 juin dernier à l’université de Yaoundé II », rapporte Cameroon-tribune.cm.
Ces 18 postulants à l’entrée en première année du cycle Master professionnel dans le prestigieux institut ont plutôt voulu composer à la place des personnes autres pour la plupart.

Selon notre source, ces personnes interpellées et mise à la disposition de la justice ont été toutes condamnées à une peine d’un an d’emprisonnement avec trois ans de sursis.

Le ministère de la Fonction publique et de la réforme administrative quant à lui a sanctionné par arrêté du 5 juillet les fraudeurs d’une interdiction de concourir pour une durée de quatre ans. Ceci en respect du décret 2000/696 du PM du 13 septembre 2000 sur le régime général des concours administratifs au Cameroun.

Les sanctions prises valent aussi bien pour les fraudeurs que pour les candidats pour qui ces fraudeurs se sont engagés.
Listes
1- Abugne Luc Kévin
2- Bao
3- Dongma Didier
4- Elomo Mbarga Ingrid
5- Enam Ndongo Davy
6- Essomba Victor Rolland
7- Essouma Etoundi Jean
8- Etoundi Anzangue Paulin
9- Foko Nanfa Adrien Raoul
10- Goumtsop Meyouto Borice
11- Makam Sigha Christelle
12- Mboutchouang Tchomte Leni P.
13- Nfondoum Njoya Moussa
14- Ngouma Martial
15- Noah Emmanuel Brice
16- Ouafeu Tonkam Guy Paulin
17- Tsafon Dogmo Diane
18- Tchatchouang Nguinang Désiré Mathurin

Avis donc à toutes ces personnes qui rêves d’aller loin sans soigneusement ménager leur monture. Le Cameroun ne pouvait pas mieux se porter avec ce type de pratiques qui non seulement encourage la médiocrité, mais installe la culture de la corruption.

Augustin Roger MOMOKANA