« Nous allons obliger tous les Rois à être neutres et à respecter la tradition qui les met au dessus de tout ».

Sa majesté Yonkeu Jean le chef supérieur du groupement Bangoulap, dans le département du Ndé, région de l’Ouest, ira-t-il en Europe malgré les menaces proférées de la BAS qui l’accuse d’avoir pris part, samedi 20 juillet 2019, au meeting politique organisé à Bafoussam pour dénoncer l’humiliation du président de la République par le groupe d’activistes politiques qui exigent un changement du régime au Cameroun ?

Après le meeting RDPC de Bafoussam, le groupe d’activités politiques connu sous l’appellation de BAS (Brigade Anti-Sardinard) veut réprimer les dignitaires traditionnels qui étaient présent à ce meeting de dénonciation de l’agression contre la personnalité du président de la République par ce groupe alors que Paul et Chantal Biya se trouvaient à l’hôtel Intercontinental de Genève.

« Nous appelons la communauté Bangoulap d’Allemagne et de France à annuler cette visite prévue dans les prochains jours pour éviter toute confrontation inutile avec leur Roi », écrit la BAS dans un post à l’adresse, à la fois de l’intéressé et des communautés Bangoulap de France et Allemagne.

Cette menace de Facebook peut-elle se transposer dans le champ du réel ? Si ces indignés remontés contre la gestion des affaires par le président de la République ont réussi à faire parler d’eux lors du dernier séjour du couple présidentiel en suisse, l’on ne saurait douter que le roi menacé essuie

« Apres avoir pris part au meeting du RDPC a Bafoussam le 20 juillet dernier, ce Roi sardinard et corrompu doit maintenant assumer les conséquences » conclue la publication des activistes.

Augustin Roger MOMOKANA