Le Cameroun ne cessera de surprendre. Il ne consomme pas ce qu’il produit, comme il le clame sur tous les toits. On crie partout qu’on importe du riz parce que la production nationale est faible.

Des images circulent sur les réseaux sociaux pour dénoncer ce que Bernard Njonga, le président de l’ACDIC qualifie de « scandale du siècle » parlant du riz cultivé à Yagoua et Maga, deux grands bassins rizicoles du Cameroun.

Pour ce qu’il a vu, Bernard Njonga lance une pétition. Il s’agit de susciter une loi sur l’importation du riz au Cameroun. Cette pétition « veut qu’on impose un quota de riz local aux importateurs ».

« J’ai vu de mes propres yeux ce qui convient d’appeler « le scandale du siècle ». Je doute que les camerounais et surtout le Ministère du Commerce connaissent la vraie situation du riz local au Cameroun. Moi le premier, je ne l’imaginais pas à ce point :

– Du riz paddy (non décortiqué) plein dans les magasins de la SEMRY à YAGOUA et Maga (160 000 tonnes environ) avec certains stocks qui datent de 2015, (5 ans !!!)

– Des sacs de riz paddy partout dans les quartiers à YAGOUA et MAGA;

– Deux décortiqueuses flambant neuves en état de fonctionnement, dont une avec une capacité de 5 tonnes /Heure qui ne décortiquent pas de riz faute de preneurs ;

– Des coopératives à l’instar de la Fédération des groupements de riziculteurs de MAGA (FUGRIMA) qui tirent le diable par la queue faute de pouvoir vendre leurs productions ;

Le Cameroun a importé plus de 800 000 tonnes de riz en 2017, pour plus de 150 milliard FCFA. Tandis qu’à Yagoua plus de 200 000 tonnes de riz local manque preneur.

Même à YAGOUA et MAGA, le riz importé a le vent en poupe, au grand désarroi de 130 000 familles (MAGA) dont les productions ne cessent de s’accumuler, faute de preneurs.

« Arrêtons ça au plus tôt, pour ne pas compromettre encore plus la prochaine campagne agricole qui semblait prometteuse. On annonce l’aménagement de nouvelles terres rizicoles : 10 000 hectares à ZINA, 7200 Ha dans le LOGONE ET CHARI et 20 000 ha à LAGDO. »

Signez et faites signer la pétition suivante (http://chng.it/YKCDpTcW6N)

Avec Bernard Njonga