La jeunesse a choisi le mauvais chemin. Celui qui le mène à son autodestruction. Aucun quartier, aucun village, aucune commune n’est à l’abri.
Samedi dernier, 10 août 2019, lors du congrès annuel de son quartier, Mbiih Lefatsa Donfack a lancé à la fois un cri d’indignation et d’appel à la mobilisation générale en vue de barrer la voie à la consommation de drogues dans le quartier Lefatsa.

« Il y a un phénomène qui prend de l’ampleur dans notre quartier. Il cause des insomnies. Mais je dois dire que c’est nous les parents qui sommes en cause. Oui car nous sommes au courant de ce que font nos enfants. Mais nous ne faisons rien. Nous sommes au courant que nos enfants consomment le cannabis, le tramol et bien d’autres drogues. »

La veille, lors de l’inauguration des châteaux d’eau, l’équipe a été saisie d’un cas d’attaque touchant un fils du qua. Il s’agit des gens qui s’organisent pour tabasser les passants et arrachent au besoin leur moto. Ces gens ont opéré au niveau de Zem et dans le village Leffé, lors de leur congrès.

« Nous sommes au courant des dégâts que vous avez commis à Zem et à Leffé. Aujourd’hui c’est notre congrès, et nos enfants ne sont pas des délinquants. Nous allons danser toute la nuit, jusqu’à demain matin. Si par hasard l’une de ces personnes dont nous dénonçons les agissements est ici, qu’il se retire, qu’il quitte rapidement le groupement Foto. La police qui est ici présente est déjà en possession de vos noms. A partir de 20h nous n’allons pas autoriser les mouvements de motos dans notre quartier. Soyez sages. Car si vous ne voulez pas vous comporter en homme civilisés, nous allons vous aider à vivre comme des animaux », a poursuivi Mbiih Lefatsa Donfack.
Les parents doivent causer avec leurs enfants sur les méfaits de la drogue. Ils doivent devenir les premiers agents sensibilisateurs dans leur famille. Sinon la lutte que le gouvernement mène contre ce fléau est un échec.

Augustin Roger MOMOKANA