...
...
Responsive image

ACCIDENT MORTEL DE DJ ARAFAT : LE DEBAT SUR L’EXCÈS DE VITESSE ET LES SYSTÈMES DE SECOURS FAIT SENSATION.

Comment est-ce arrivé ? Ezechiel Dhd avait-il lu dans la boule de cristal ? Le 1er juillet dernier, le jeune béninois aurait publié : «Arafat fera un grave accident le jour de la Tabaski. Qu’il se repente afin ne pas êtres victime ». Certains disent qu’il a modifié ses propos ce 11 août, question de faire le buzz.

L’annonce, ainsi que le message de condoléances du président ivoirien à la famille de l’artiste et à ses fans est venu mettre un terme sur ce qui jusque-là était pour certains une rumeur.

« C’est avec une grande tristesse que j’ai appris le décès de Houon Ange Didier « DJ Arafat », icône de la jeunesse et ambassadeur de la musique et de la culture ivoirienne. Je présente mes sincères condoléances à sa famille et à tous ses fans», a écrit lundi 12 août 2019 Alassane Ouattara sur twitter.

Le débat campe sur l’excès de vitesse et le système de secours. Si la vitesse a causé la mort de l’artiste-il jouait avec sa moto- le temps dont l’accidenté a passé allonger sur la voie publique semble avoir scellé le sort de celui qui, dans une vidéo disait ne pas devoir avoir besoin des cotisations en cas d’accident.

Si DJ Arafat faisait de la folie avec sa moto sur une roue, la dame au volant de la voiture où le motard est venu s’écraser n’est pas épargné pour sa mauvaise conduite. Une accusation discutable, tant qu’il est dit dans les auto-écoles, selon certains, que toute voiture qui vient s’écraser contre une autre en circulation est coupable.

Quoiqu’il soit soit, les pays africains doivent rendre leurs systèmes de secours plus efficaces. Cela passe par un investissement conséquent en termes de personnel, de logistiques et de ressources financières. Les urgences doivent intervenir beaucoup plus rapidement, avec les moyens appropriés.

Mais souvenons-nous, dans une vidéo qu’il avait postée sur sa page Facebook quelques années plus tôt, Arafat DJ prédisait sa mort à moto.

«Le jour que je fais un accident de moto ou de voiture je touche du bois, il n’y aura personne qui va venir cotiser pour moi. Je vais me soigner. Si c’est chaud, je paye mon billet d’avion, je vais en France, je me soigne. Maintenant si pendant l’accident je suis mort sur le coup, c’est Dieu qui l’a voulu.

Mais si je ne suis pas mort et que je suis blessé, personne ne viendra cotiser pour moi; parce que je sais me faire respecter. Un artiste ça doit se faire respecter. Un artiste ça doit savoir se faire respecter», disait Arafat DJ.

Dimanche 11 août 2019, Arafat DJ a été victime d’un accident de la circulation, à Angré, devant la boulangerie Paris baguette. Le boss de la Yorogang a urgemment été conduit par Molaré qui également a pris en charge les soins. Le père a fait un accident de moto et en est mort. Il n’a pas eu le temps de réagir par lui-même. Pour « se faire respecter ».

Augustin Roger MOMOKANA