...
...
Responsive image

RENTRÉE SCOLAIRE 2019/2020 : LE TRAIN DE DSCHANG A QUITTE LA GARE.

La rentrée scolaire 2019/2020 est effective dans le département de la Menoua depuis ce lundi 02 septembre.

Plusieurs établissements scolaires du primaire et du secondaire ont non seulement ouvert leurs portes, mais ils ont effectivement démarré avec les cours, après un bref un discours de rentrée.

Sinotables.com s’est rendu successivement au Lycée classique de Dschang, puis au Collège Albert Camus, pour terminer par l’Ecole publique Annexe Groupe VI.

L’innovation pour une performance efficiente


Au Lycée classique de Dschang le proviseur Atem Nde Jean Claude assure effectivement la coordination. Ici, il n’a pas voulu de rassemblement matinal pour ce jour. L’essentiel étant le premier contact entre élèves et enseignants. Dans les salles de classe.

« Que faites-vous encore dehors ? Qui est le professeur de math de cette 3e AE ? » Lance-t-il en directeur d’un enseignant qui semble trainer les pas dans la cours. Le collaborateur s’empresse alors pour regagner la salle de classe où l’attendent déjà une cinquantaine d’élèves prêts pour le premier cours de mathématique de l’année.
Pour Atem Nde Jean Claude aucune erreur ne doit être faite, sinon elle pourra négativement impacter les résultats attendus en fin d’année.

« Le train est parti de la gare avec 98% de ses passagers au regard de l’effectif que nous vu arriver au lycée classique de Dschang ce matin. Nous espérons, en poursuivant notre tour du propriétaire, que tous les enseignants en en place. Vous avez vu, je sors de la 3e AE, où le professeur de mathématique a déjà pris les élèves en main. Nous souhaitons seulement que ce soit tout simplement une rentrée fructueuse pour toute la communauté éducative du lycée classique de Dschang, afin que en fin d’année, quand le train rentrera en gare, que les résultats soient les plus excellents.

Arrivée à la tête du lycée classique l’année dernière, Atem Nde Jean Claude avait placé son année sous le signe de la continuité. Continuité des actions engagées par son prédécesseur. Cette année, en tant que maître d’orchestre, il plante « l’innovation pour une performance efficiente ».

Le Lycée classique de Dschang nourrit de grandes ambitions. Elle veut absolument dépasser les 96,88% au BEPC pour, atteindre 100%. Cela n’est pas impossible. Pourvu que les élèves, les enseignants et les parents se donnent la main. Car l’école ne saurait être l’affaire des seules enseignants et des élèves.

La réussite se prépare dès le premier jour de la rentrée.


Au Collège Albert Camus, établissement d’enseignement privé bilingue en 1971, c’est la renaissance totale. Tant le décor a été entièrement rénové, et tant il est couru. Quelques retardataires ramassent les feuilles dans la cour, tandis que les parents en file espèrent pouvoir obtenir une place pour leur enfant.

Sa Majesté Lazare Bamal, le représentant de la Fondation CAC n’est pas loin de là. Lui qui est venu insuffler un nouveau souffle à ce patrimoine laissé par Me Nomeny Nguissi qui doit, de là où sont les morts, applaudir et rire aux éclats pour saluer cette renaissance. Le Collège Albert Camus, CAC comme on le désignait jadis, a l’exploit d’avoir ouvert toute une section technique anglophones, en plus de l’enseignement général et technique francophone.

La Principale Feulefack Vanlier Josiane et le coordonateur des activités anglophones Fuchui Julius passent de classe en classe pour jauger l’état des lieux et prodiguer quelques conseils aux élèves. Ici en section technique anglophone, les effectifs sont pléthoriques dans certaines salles de classe.

« Qui sont ceux qui n’ont pas encore tous les fournitures scolaires ? Dès votre retour à la maison, dites à papa et à maman que l’école a déjà commencée et qu’il vous faut les cahiers et les livres.

Certains d’entre vous sont arrivés en retard. On devait les punir car, l’école commence à 7h30. Cela pour dire qu’à 7h vous devez être ici. Quand vous arrivez, vous entrez et vous nettoyez votre place. S’il y a des bouts de papiers qui trainent au sol, ramassez-les pour aller jeter dans la poubelle. Vous devez étudier dans un environnement propre. À la maison vous devez étudiez dans un cadre propre. C’est comme ça qu’on prépare la réussite. Elle se prépare dès le premier jour de la rentrée. Ne dites pas que c’est demain que vous allez commencer à réviser vos leçons. Vous devez réviser vos leçons et faire vos devoirs. Si demain je me rends compte qu’un élève est dehors parce qu’il n’a pas fait ses devoirs, je ne vous dis pas ce qui va vous arriver. Nous voulons qu’en fin d’année tout le monde passe en classe supérieure ».

Le Collège Albert Camus se trouve obligé de construire quelques salles de classes supplémentaires. Du fait des sollicitations des élèves de l’enseignement technique du sous système anglophone.

Déjà la marelle et les autres

A l’école publique annexe Groupe IV, c’est déjà la pause. Les élèves, dans leurs tenues neuves ou délavées se mettent en petits groupes pour raconter les vacances et bénir les retrouvailles. Certains ont déjà repris les bonnes habitudes. Ils jouent qui à la marelle qui à la chasse. C’est la fête dans cette cour qui demande à être désherbée.

Tandis que les enfants jouent ou se concertent, les maîtres quant à eux sont devant le bureau. Ils bavardent, tout en ayant un regard attentif sur les enfants dans la cour. Un « grand peut bousculer un petit ». On ne sait jamais.


Augustin Roger MOMOKANA