La compagnie Dieuzyl était face à la presse lundi dernier, dans la salle des spectacles de l’Alliance Franco-Camerounaise de Dschang, pour annoncer son nouveau spectacle pour le 11 octobre 2019.

La Cie Dieuzyl est spécialisée dans l’art performance où musique, installation, danse se bousculent au fur et à mesure où la tension monte. Il s’agit pour Dieuzyl et les siens de « d’interpeller et d’éveiller les consciences quant à l’importance des valeurs humaines.

Née il y a quelques mois à l’initiative de l’artiste Dieuzyl, Basile Tamdieu à l’état civil, la compagnie Dieuzyl s’est déjà frayée un chemin, dans l’espace culturel Menoua ; elle a déjà conquis des cœurs ici et au-delà, après seulement trois grandes sorties centrées sur le thème « Racines ».

Trois spectacles qui recherchent l’harmonie de l’Homme avec son environnement, qui ambitionnent de faire prendre conscience à l’Homme du plus grand défis qui se présente à lui : se réconcilier avec soi-même.

Cette thématique au cœur de la créativité de la Cie Dieuzyl durant la triade 2019-2021 a pour nom de baptême “RECONNECTION”. Reconnecter l’être humain à sa source, à ses valeurs identitaires, par les moyens ancestraux et les nouvelles technologies.

Rendez-vous le 11 octobre 2019 à l’Alliance franco-camerounaise de Dschang où la Cie Dieuzyl nouera contact avec Lucie, dans le cadre de « Racines ». Le regard que cette « éthiopienne » pose sur Dieuzyl, sur ses enfants, et sur l’humanité. Il s’agira d’aller à la source d’un monde où l’amour de l’Homme éloigne de l’Homme les doutes, les peurs et les angoisses.

Après avoir découvert le 24 juillet dernier « Au cœur de l’Abandon », spectacle dans lequel l’indifférence, le manque cruel de solidarité, d’altruisme entre les Hommes, où le spectateur s’en tire le cœur saignant par la monstruosité et le cynisme qui gagne notre monde, comment ne pas se féliciter de cette perspective heureuse qui s’offre à nous à travers Lucie.

L’extrait présenté lundi dernier à la presse est un signe qu’avec un peu de volonté les hommes pourraient avoir un monde propre. Propre parce que chaque habitant s’est revêtis de son costume de citoyen. Propre parce qu’ensemble les citoyens d’un même territoire se concertent avant d’agir, agissent pour la cause commune, la cause qui leur fait avancer.

Près d’une dizaine de personnes constituent la Compagnie Dieuzyl. Ils sont danseur, percussionniste, metteur en scène, plasticienne, choriste, designer, bodypainter, auteur compositeur-interprète et artiste performeur.


La particularité de Dieuzyl c’est son savant mélange des différentes catégories d’arts: A travers ses créations s’impose l’éclatement des croisons qui font les catégories d’art. La peinture, la musique, la danse, l’art performance s’entremêlent pour le bonheur du spectateur. Personne ne peut dire qu’il est sorti du spectacle sans avoir gagné quelque chose.

« J’ai été séduit par le travail de Dieuzyl et son équipe. C’est formidable de savoir que nous pouvons avoir une musique, un spectacle de musique sans instruments modernes. Une flute, un gong, un tambour et la voix ont suffit à ces artistes pour nous bercer pendant le laps de temps que nous venons de passer avec eux », s’est exclamé le président du CERRAM (Cercle des artistes musiciens de la Menoua), Pepsy BB.

Le Délégué départemental des arts et de la culture pour sa part regrette de n’avoir pas eu l’opportunité d’exposer la Cie Dieuzyl à Bafoussam, à l’occasion du RECAN.

Augustin Roger MOMOKANA