...
...
Responsive image

ENVIRONNEMENT : LES JEUNES DU RDPC DE MENOUA CENTRE EN GUERRE CONTRE L’INSALUBRITÉ.

C’est une première dans le département de la Menoua. Les jeunes de l’OJRDPC (Organisation des Jeunes du rassemblement démocratique du peuple camerounais) vont en guerre contre l’insalubrité dans les principales artères de la ville de Dschang. Depuis près d’un mois déjà, ils ne ménage aucuns efforts pour descendre sur le terrain le vendredi.

« Si les autres élites pouvaient copier ce bel, exemple de monsieur le recteur de l’université de Dschang, on ne dirait plus que les jeunes sont inactifs », chuchote un membre de l’OJRDP lorsque notre reporter s’entretient ce vendredi 20 septembre avec leur chef de file au lieu dit Montée du rectorat.

Quelques artères majeures de la ville de Dschang ont déjà accueillis ces jeunes en chasuble vert frappé du logo de leur parti. Il s’agit celle partant de l’Entrée Centre Climatique –Lycée Bilingue, du Lycée Bilingue-Rond-point Commissariat du Marché B, de la Montée du Rectorat - Tam-Tam Weekend, entre autres.

Justifiant cette initiative, Toukam Landry dit qu’elle participe de la volonté de certains membres de l’OJRDPC d’exprimer leur citoyenneté, en vue de marquer leur soutien aux efforts inlassables de l’équipe municipale en place.

Une volonté qui, selon Anassi Leonel a été possible grâce à l’appui du recteur de l’université de Dschang, le professeur Roger Tsafack Nanfosso qui n’a de cesse demandé aux étudiants de ne jamais rater l’occasion d’exprimer leur participation à la gestion de la cité.
« Je suis très flatté de voir le recteur prendre sur lui de nous appuyer en matériels pour cette campagne d’assainissement. » Selon Toukam Landry et son camarade Anassi Leonel, le recteur « a mis à notre disposition des machettes, des pelles, des râteaux, une brouettes » pour faciliter notre déploiement sur le terrain.


En plus, Roger Tsafack Nanfosso n’a pas hésité d’effectuer une descente inopinée sur le terrain, question de constater par lui-même la réalité du travail et sans doute se rassurer que les chiffres annoncer sont réels. En effet, près d’une cinquantaine de jeunes sont mobilisés pour cette opération qui n’a pas de fin. Ils viennent de l’OJRDPC, mais ont été rejoints par quelques autres jeunes apolitiques sympathisants de la cause.

L’engagement ne passe pas inaperçu. Vendredi dernier, alors que groupe se trouve au niveau de l’alliance franco-camerounaise de Dschang, une voiture freine et gare. Son occupant, un monsieur visiblement bien dans sa vie klaxonne et fait un signe de la main en direction du groupe. Un membre du groupe se détache et va à sa rencontre. Le monsieur a tenu à les encourager. C’est un billet de 10 000 FCFA qui vient de tomber dans leur poche.

« Ces encouragements ne manquent pas. Avec cela nous achetons de l’eau pour nous désaltérer, et payons le car à ceux d’entre nous qui viennent de loin », explique Toukam Landry. Ce doctorant en droit qui mène le groupe a choisi l’option qui paie de disposer ainsi de l’argent qui leur tombe dans les mains. Comment auraient pu agir ces hommes et femmes qui partent de Bafoussam pour venir accomplir cet exercice citoyen dans lequel ils se sont engagés.

Tous les vendredis, de 6heues à 11heures, vous aurez peut-être la chance de tomber sur ces jeunes, filles et garçons, qui ont choisi de débarrasser nos routes des herbes qui les envahissent. Ils ne font rien d’autre que détruire la broussaille qui gagne les bords de la route.

Augustin Roger MOMOKANA