...
...
Responsive image

MESSAGE DU CHEF DE L’ÉTAT A LA NATION : CES APPELS QUE LES CAMEROUNAIS N’ONT PAS BIEN SAISIS.

Paix-Unité-Progrès la devise du septennat des Grandes Opportunités. Elle doit permettre de lire le Message du Chef de l’Etat à la Nation le 31 décembre 2019.

Avancer résolument sur le chemin de la paix, de l’unité nationale et du progrès

« En ce septennat des Grandes Opportunités pour le Cameroun, le Grand Dialogue National nous a ouvert la voie pour avancer résolument sur le chemin de la paix, de l’unité nationale et du progrès : valeurs qui ont toujours fait la grandeur de notre pays. »

« Débattons, ne nous battons pas. »

Ce ne sont ni les réseaux sociaux, ni tel ou tel organe de presse qui peuvent changer les résultats d’une élection, encore moins les manifestations illégales, les violences et les attaques personnelles ou haineuses. Qu’on se rappelle que j’avais dit en son temps : « Débattons, ne nous battons pas. » Ainsi se comportent les citoyens d’un pays démocratique.

Elections municipales et législatives le 09 février 2020.

Si l’on veut participer à la vie démocratique de son pays, il faut en respecter les règles et militer dans les partis politiques dont l’activité s’exerce dans le cadre du respect de la loi. Il sera loisible de le vérifier lors des prochaines élections municipales et législatives du 09 février 2020.

Des dispositions sécuritaires (…) seront davantage renforcées.

Des dispositions sécuritaires ont été prises pour que, sur toute l’étendue du territoire, tous nos concitoyens puissent exercer leur droit de vote. Si cela s’avère nécessaire, elles seront davantage renforcées. J’exhorte donc tous les Camerounais inscrits sur les listes électorales à aller voter, en ayant conscience qu’ils éliront des femmes et des hommes qui traduiront dans les faits les réformes voulues par le peuple camerounais, notamment l’accélération de la mise en œuvre de la décentralisation.

S’abstenir de propos négatifs à l’égard de leur pays d’origine

S’agissant du comportement excessif de certains de nos compatriotes de la diaspora – qu’ils soient ou qu’ils ne soient plus Camerounais – je pense qu’ils devraient, par patriotisme, s’abstenir de propos négatifs à l’égard de leur pays d’origine. On doit toujours respecter sa patrie, ses institutions et ceux qui les incarnent.

Paul Biya