...
...
Responsive image

MENOUA – SPORT: « J’ATTENDS DES DIRIGEANTS DE L’AIGLE QU’ILS M’APPELLENT POUR QUE NOUS NOUS ASSEYIONS ».

Demtili Dieudonné c'est Kabo pour les sportifs, Ndedi Star Love pour ses fans de la musique. Il revendique plus de 40 ans comme supporter de l’Aigle royal de la Menoua. Toute une vie au service d’une équipe dont les dirigeants n’ont jamais témoigné la moindre gratitude.
Dimanche dernier, lors de la rencontre qualificative pour les 32e de finale de la coupe du Cameroun Aigle royal de la Menoua – NGV Dschang (1-1, 8-9), Kabo est apparu au stade du Cenajes dans une tenue jaune-noir, et bleu blanc. Les couleurs des deux équipes. Sinotbles s’est approché de lui pour comprendre.

Pourquoi arborez-vous à la fois les couleurs de l’Aigle royal de la Menoua et de NGV ?
Je suis en jaune-noir et bleu parce que j’aime l’Aigle royal de la Menoua. Monsieur Nkenlifack a créé une autre équipe qui s’appelle NGV. Je vais la supporter aussi. Ce que je puis vous dire, c’est que désormais je vais supporter toutes les équipes de Dschang : Bauxite FC de Fongo-Tongo, AS Menoua, Polytech de Penka-Michel. Dans notre département on ne sait pas dire merci à quelqu’un. Les gens se plaisent à voir les autres dans la pauvreté, dans la misère. J’avais rejeté l’offre des dirigeants de Bamboutos pour devenir le supporter de leur équipe. Cela parce que j’aime l’Aigle.

Est-ce à dire que tu vous avez abandonné l’Aigle royal de la Menoua ?

Je n’ai pas abandonné l’Aigle. L’Aigle c’est mon équipe depuis 1974. Ce qui m’énerve c’est que ses dirigeants ne se soucient de personne. Je ne peux pas vous dire qu’en 40 ans j’ai reçu 10000fcfa d’un président de l’Aigle. C’est les Kassav qui payons nos billets d’entrée dans les stades. C’est nous qui payons nos déplacements partout l’aigle va jouer. En son temps, Kopa nous payait parfois le transport ou l’accès au stade.
Je me suis présenté aux dirigeants de l’Aigle royal en ce début de saison pour exprimer les besoins matériel du club des supporters. Ils m’ont renvoyé au quartier comme si j’étais un malpropre. Ils m’ont répondu que si j’ai trouvé à manger ailleurs, il faut que j’y aille. Comme pour dire qu’ils ne peuvent pas nous aider à acquérir un tambour.

Est-ce à dire que NGV vous a fait une promesse ?

Non. Je la supporte parce qu’elle est une équipe de Dschang. Je dois la supporter. Parce que le président Ghislain Nkenlifack m’a appelé, m’a aidé en me donnant de quoi acheter les maillots des supporters, en payant le transport pour aller supporter l’équipe. Ce qu’aucun dirigeant de l’Aigle n’a jamais fait. Bien au contraire ils m’ont fait coudre des fanions et les foulards qu’ils devaient vendre et me reverser une partie de l’argent. Je n’ai jamais reçu.

Vous n’êtes pas parti de l’Aigle. Mais qu’attendez-vous de ses dirigeants ?

Ce que j’attends des dirigeants de l’Aigle, c’est qu’ils doivent savoir que j’ai donné ma vie pour l’Aigle. Qu’ils m’appellent pour que nous nous asseyons. Ainsi je vais leur dévoiler ce qu’ai dans mon cœur. Si à l’issue de cette assise nous tombons d’accord, je reprends mes activités de supporters de l’Aigle royal. Il n’est pas facile de sacrifier 40 ans d’amour, mais nous avançons vers là. Mais en l’état actuel des choses, je suis dehors parce qu’on m’a chassé. Je ne sais pas si un supporter est devenu un joueur ou un président, ou un entraineur pour « vendre l’équipe ».

Vous avez été accusé d’avoir « vendu » l’Aigle ?

C’est ce qui me fâche. Je ne suis ni joueur, ni président du club, ni entraineur. Comment un supporter peut-il « vendre » une équipe ? Les gens n’aiment pas les gens. Je supporte l’Aigle depuis 1974. L’aigle coule dans mon sang. Je suis allé à Douala à moto, au risque de ma vie. J’ai été poignardé à cause de l’Aigle. J’ai risqué ma vie à cause l’Aigle. Même comme je suis dehors, je peux vous dire que je continue à donner de l’argent de beignets aux joueurs qui me sollicitent.

Propos recueillis par Augustin Roger MOMOKANA