...
...
Responsive image

CAMEROUN – 09 FEVRIER 2020 : OU SONT PASSES LES ÉLECTEURS ?

"C’est après l’église que les gens viendront pour voter. Les gens préfèrent voter en début d’après-midi. A partir de 15h, tu verras, l’affluence sera monstre. Disons plutôt que les gens attendent la dernière minute, c’est-à-dire 17h - pour venir voter et prendre par au dépouillement." Que d’arguments vite trouvés pour justifier la sécheresse dans les bureaux de vote à Dschang.

La journée du 09 février - jour du double scrutin législatif et municipal - a été particulièrement éprouvante tant pour les partis politiques en compétition que pour les membres des bureaux de vote. Heureusement que les seconds étaient sortis avec leurs téléphones portables. Certains en ont suffisamment profité.

Au dépouillement, la barre n’aurait pas franchi les 30 % espéré par les responsables des partis politiques rencontrés sur le terrain. Quelques indices : dans un bureau de vote qui affiche 349 inscrits, seulement 32 ont votés. Pour celui ayant 368 inscrits 84 ont voté. Là où on a inscrit 365 électeurs, 78 ont voté dont 14 bulletins nuls. Sur 424 inscrits, 38 ont voté. Sur 421 inscrits 54 ont voté. Et comble de malheur, dans un bureau de 312 inscrits, 17 votants. Où sont passés les électeurs ? Pour quoi ont-ils fait cela ?

Quel que soit l’issue des résultats des urnes le gouvernement doit se questionner. Il doit comprendre que la machine est grippée. La situation telle qu’elle s’est présentée ce 09 février 2020 ne doit pas seulement être rattachée au mot d’ordre du boycott lancé par le MRC (Mouvement pour la renaissance du Cameroun). On parlera plutôt de l’expression d’une exaspération, d’un rejet. Est-ce une dénonciation ?

Les gens ne sont pas allés aux élections le 09 février 2020. Ils ont boycotté. Ils ont boycotté un scrutin qui, plus que tout autre, les concerne directement : Elire les conseillers municipaux. Est-ce à dire qu’ils n’e veulent plus ? Non. Il s’agirait de transmettre à ceux qui prendront le destin de la Commune en main que le peuple a assez d’être méprisé, ignoré, et spolié.

Malgré le reproche fait aux électeurs, il est tout de même important de le féliciter pour son bon comportement. Ceux qui ont choisi le boycott sont restés chez eux, tandis que ceux qui ont décidé d’accomplir leur devoir citoyen l’ont fait en toute sérénité, dans la sécurité. Tout s’est déroulé dans l’ordre à Dschang.

Toutefois, un candidat aux municipales a été interpelé et placé en garde à vue dans un bureau de vote à Dschang. A cause de « son indiscipline et de son caractère belliqueux dans un bureau de vote », selon des sources policières. Quelques actes de bourrages d’urnes ont été signalé ici et là, sans que des preuves furent apportées.

Augustin Roger MOMOKANA