...
...
Responsive image

MENOUA – SYNDICAT DES COMMUNES DE LA MENOUA : L’AMGED FORME LES REFERENTS DE SITES DES COMPOSTIERES COMMUNAUTAIRES.

La journée du Jeudi 27 février 2020 a été consacrée à la formation d’une vingtaine d’hommes et femmes réputés référents de sites de compostières communautaires.

« La gestion de proximité des déchets compostables » était le thème de cet atelier animé par Ulrich Nago. Cet ingénieur du génie rural revient de Nantes où il a suivi avec succès la formation de maître composteur.

Pour ce baptême de feu, le jeune maitre composteur a bénéficié de l’encadrement de Barthélémy Ndongson Lékané, directeur de l’AMGED (Agence municipale de gestion des déchets) et de Joël Sagne, coordonnateur du projet MaGeTV (projet de maitrise de la gestion, de traitement et de valorisation des déchets de la ville de Dschang).

En deux temps, l’atelier a permis aux participants d’acquérir les notions théoriques de base sur le process de valorisation des ordures, et la pratique même du compostage.

Pour la partie théorique, l’atelier a eu pour cadre la salle de la coopération, au bâtiment de l’Ex Commune rurale de Dschang, en contrebas du palais de justice et, la partie pratique quant à elle les a conduit au campus A de l’Université de Dschang où une compostière communautaire fonctionne.

Les participants étaient composés essentiellement des points focaux dans les six Communes du SYCOME, des référents des compostières déjà installées, et d’enseignants d’établissements scolaires primaires de la ville. Ces derniers, ainsi que les premiers recevront en mai prochain leur compostière communautaire. Ils sont repartis satisfaits des connaissances acquises n’attendent plus que l’occasion leur soit donnée de passer à la pratique.

Selon Barthelemy Ndongson Lekané, la formation des référents de compostières communautaires répond à une volonté: celle de disséminer la pratique du compostage et d’encourager le vivre ensemble. Dans la mesure où les membres d’une compostière se découvrent, organisent le travail communautaire ; et sont encouragés par l’AMGED. L’agence les encourage à ne pas partager leur compost, mais à l’utiliser dans un champ communautaire. Cela renforcera leur vivre ensemble, et favorisera l’agriculture biologique dont les effets sur la santé ne sont plus à démontrer.

Augustin Roger MOMOKANA